Submit your work, meet writers and drop the ads. Become a member
Ma muse fildefériste, ma lionne ! ! !
Et si on dansait dans l 'ombre ,
La danse cinghalaise des couteaux
Sous la houlette du feu de Manuel de Falla
Funambules enlacés sur une corde raide
En chanvre de Manille
Trompe-la-mort sans balancier,
A cinquante mètres au-dessus de l'abîme
Combien de verges pourrais-tu marcher
Sans te rompre le cou, mon Atalante,
Pendant que je traverserais tes chutes du Niagara
De nuit en plein feu d'artifices
Avec la vélocité d'Hippomène
A cloche-pied, à califourchon,
Sur la tête, les bras ouverts
En faisant sauts périlleux arrières et grands écarts
Sur des échasses et avec un sac sur la tête ?
Ou préférerais-tu que je te prenne en brouette
Sur les trois cents mètres de la corde aérienne
Et qu'en lieu et place des trois pommes d'or
Je te retarde de tous les trésors que je possède
De fleurs et de lanternes de toutes les couleurs
De confettis et de guirlandes.
J'ai préparé une bonne bouteille d'eau-de-vie
Que nous sabrerons allongés sur la corde
En dignes animaux à deux pieds et sans plumes
Dans la posture que tu voudras du Kama-Sutra
En portant un toast à Blondin,
Le daredevil de Niagara Falls
Snehith Kumbla May 2016
have sieved the
ruins of discarded
things,

sometimes finding
in an old magazine,
women looking
through you
with ageless eyes

block square keys of
a typewriter,
cardboard covers
of fragile messages,
images of shattering
glass,
empty bottles of
RAT POISON,

‘Kamasutra for beginners'
‘The lonely wife’
other clandestine
books, sometimes,
extracted from some
secret wardrobe chamber,
wrapped in brown paper

school notebooks with
red tick-marks, blots, rights,
wrongs, devastating
stories of marks, homework,
a light bulb that still works,
the legs of a chair,
toy horses, toy cars,
scratched plastic

gaping holes in mugs,
buckets, fake notes
from a crumpled game
of monopoly,
a chewed dog's collar,
a heavy rusted *****,
every night in my dreams,
they come hopping over a barn,
now you know,
that I do not count sheep
This poem was first published in the Jan-Feb 2012 issue of Reading Hour Magazine

— The End —