Submit your work, meet writers and drop the ads. Become a member
Dios Dormer  Apr 2015
Ode to Joel
Dios Dormer Apr 2015
JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL
JOEL JOEL JOEL JOEL
JOEL
JOEL JOEL

JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL
JOEL JOEL JOEL JOEL
JOEL
JOEL JOEL

L JOEL JOEL
JOEL L JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL
JOELOEL JL JOEL JOEL JO
EL JOEL JOEL JOEL JOEL
JOEL JEL J
JOE JOEL

L JOEL JOEL

JOEL L JOEL JO
EL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL
JOELOEL JL JOEL JOEL JO
EL JOEL JOEL JOEL JOEL
JOEL JEL JL JOEL JOEL
JOEL L JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL JOEL
ARE YOU REALLY JOEL
JOELOEL JL JOEL JOEL JO
EL JOEL JOEL JOEL JOEL
JOEL JEL E JOEL
JOE JOEL

E͝L̈ ̭̳ͥJ̡OͦE͖L᷾ ͎JͨO᷉E͐Ļ ͦJ͒O̐E̚L̳ ͋J͕O͖E͕L᷇ ᷊JͬȮẼL̊ ̄J̳ĖL̇ ͡J̶ͫ᷅L͉
͟JͬO͑ḘL᷊̤̄᷾ͭ ̇J᷊OͥEͣL͢ ̵J͊O̻E͢L̴̸̆ ᷁L͠ ̆J̒ỎE᷄L̋᷈͛ ̟J̉O̭᷈̑E̍L̲ ͘JͮO̱E͚L̜ ̯J̰O͘E͊L̀ ̧̪᷅̏͘J͘OͬE̦L̝ ̓J̑Õ̧ͯE᷄L̎ ̺J̯ÓE͜L̒ ̟J̾O̔EͅLͩO᷂ÈL͚ ̑J̌L͡ ̤J᷾O͑E͐L͘ ͡J̧O̟E̗Lͯ ͣJ̟Oͭ ͙E͢L͓ ̪J̨O͆E̶Ḻ ̬JͪÒ̠᷀᷁᷀ĘL̇ ̑J͓O̯
E̪L͌ ̪̾̇J͗OͫE͉L̏E͝L̈ ̭̳ͥJ̡OͦE͖L᷾ ͎JͨO᷉E͐Ļ ͦJ͒O̐
E̚L̳ ͋J͕O͖E͕L᷇ ᷊JͬȮẼL̊ ̄J̳ĖL̇ ͡J̶ͫ᷅L͉ ͟JͬO͑ḘL᷊̤̄᷾ͭ ̇J᷊OͥEͣL͢ ̵J͊O̻E͢L̴̸̆ ᷁L͠ ̆J̒ỎE᷄L̋᷈͛ ̟J̉O̭᷈̑E̍L̲ ͘JͮO̱E͚L̜ ̯J̰O͘E͊L̀ ̧̪᷅̏͘J͘OͬE̦L̝ ̓J̑Õ̧ͯE᷄L̎ ̺J̯ÓE͜L̒ ̟J̾O̔EͅLͩO᷂ÈL͚ ̑J̌L͡ ̤J᷾O͑E͐L͘
͡J̧O̟E̗Lͯ ͣJ̟Oͭ ͙E͢L͓ ̪J̨O͆E̶Ḻ ̬JͪÒ̠᷀᷁᷀ĘL̇ ̑J͓O̯E̪L͌ ̪̾̇J͗OͫE͉L̏

Ę̏͝L̈̔̚ ̸̭̳̺ͬ̋ͥJ̡̼̉O᷃ͦ̔E̜͖ͯL̛᷾͟ ͎͉͢J̧̬ͨO̗᷉͂E̛̙͐Ļ̦ͭ ̸̼ͦJ͙͒ͦO͈̐᷾E͓̅̚L̳̳̒ ᷉͋ͥJ͕̐͞O͉͖ͫE͕͒᷈L᷿̱᷇ ̧᷊̥J̴̰ͬȮ̺̏E᷄̃̋L̂̊̌ ̳͆̄J͓̳̙Ë̇͜
L̡̇͛ ͔̣͡J̶̖̱ͫͤ̇᷅L͉̽̐ ̡̓͟J̼̽ͬǪ͎͑Ḙ̣̌L᷊̼̹̤᷉̈́̄᷾ͭ̃̎ ̨ͯ̇J̺᷊̳Ǫͥ̈́E̶᷉ͣL̫͙͢ ̵̠͒J̞͛͊Ö̼̻E̵̻͢L̴̸͎͙̆̒̚ ̬͛᷁L̙̃͠ ̟̿̆J̨̒̿Ỏ͚᷀E᷃᷄͡L̴̨̰̰̋᷈͛ ͖̟̠J̗̉̚O̭̅̓᷈ͧ̑̑E̸̵̍L̲̥͡ ̫͋͘J̰ͮͅŐ̴̱E̥͚̝L̜᷃͟ ̝̯̟J̰̈́̾O̪͎͘É͙͊L̓̀᷆ ̧̪͔̲ͨ᷅̏͘͘͜͞J᷿͘̚O̯ͬ͟E̦̮͆L̦̝̞ ͂̓᷁J̖̳̑Ò̧̃ͫͯ̄̕E̠̥᷄L̓̎ͨ ̺̻᷉J̯̈̓Ó̴̃E̱͜͏L̿̒͆ ̵̟᷀J͓̾͜O̺᷁̔ẼͅͅL̃ͩͯO̵᷂᷾Eͦ̀͒L̼͚̔
͖̾̑J̸̌ͧL̙͛͡ ̤ͩ᷄J̏᷾̿O̡͑͝E̞᷿͐L̤̋͘ ̟᷁͡J̧̔̕O͏̟͜E᷿̗̯L̊ͯ̑ ̏ͣ͡J̵̟͝O͆ͭ͛ ̢͙͟Ẻ͊͢L͓̾͢ ̪ͩ͞J̨ͣͯO͈͖͆E̶̬̍Ḻ̝᷆ ̴̧̬J̶̛ͪ
Ò̢̰̪̠ͧ᷀᷁̑᷀ͮĘͥ͋Lͩ̇ͭ ̳̑ͧJ̵͚͓Ő̯̈́E̸̪᷅
L᷅͌͌ ̪̹ͧ̓̾̇ͣJ̴̶͗O̖͖ͫE̮͉̎L̬̏̒
L̸̸̤̑᷃̇̑ ̢̱͇̑̾̑̿J̎̑͗͏̒̑᷀Ọ͙̼ͭ̑͑̑Ȇ̥̬̞́̑͡Ḻ̵̙̑̍̑̔ ̷̙̱̑ͤ̊̑J̭͆̑̉̑᷅͢O̵͎ͨ̑̎̑̕E̛᷊ͭ̑̏̋̑L̨͙̑̏̑̕͡ ̗̤̑᷄̑̚͝J̥᷀̑ͪ᷆̑ͦO̥͕̒̑᷾̋̑Ė͕̞̑᷄̈́̑L̢͔̑ͮ̈ͤ̑
̲͖̄̑ͪ̑᷃Ļ̷̑́̈̑᷀ ̥̟̌̑ͪͬ̑J̡͉̑̔̑͢͡Ȏ̷̗̀̔̑̏E̎̑᷅̓̑͘ͅḶ̑ͮͫ̉̑᷇ ̷̟̑̑̀͘͞J̖᷅̑̈́̿̑͘Ǫ̘᷿͚̑ͩ̑Ȇ̼̯͚ͤ͒̑L̤̑̈᷅̑̑̈ ̘̝̑͏̘̋̑J͏̨̑ͦ᷅̑᷇Ơ͍͓ͦ̑ͭ̑Ȩ͕͎̑̽̑᷅L̖̤᷂̑̓̑̏ ͓̟͚̑̍̑͢J̰͍̝̑̑̑ͪO̪̳͈͂̑̑ͨE̬͉̭᷄̑ͤ̑
L̵̻̀̑̈͒̑ ̨̞̲̖̝̟̱̺̰̑̑̑͛̑ͯJ̠̑ͥ̂̑̉̚Ȏ̤̻ͨ̾̑ͩḘ̴̬̽̑̅̑L̡̩̞̮̜̑̑ ̳̦̱̥̑̂̑J̷̢̬̪̑̒̑Ȏ̬̰̰̑᷾̕Ȇ̛̝̤̪̉̑L̸̖̣̑̄̑̔ ͉ͦ̑ͪͬ̑̾Jͫ̑̓ͤ͐̑̊Ơ̴̧̆̑͐̑E͎̍̑̐̑ͪ͠L̤̖͗̑ͭ̑͢ ̟̲̪̑̄ͫ̑J͓̭̑᷃̈̑᷇Ȏ̘᷂͚̑̿͝Ȇ̷̵̺᷂̑͛L̸̢͖͂̑͋̑O͂̑̋͏̓̑ͥE̺͔̼̽̑᷆̑L̢̎̑͗̌ͨ̑ ̵̤̬͊̑͌̑J̪̮̓̑̔̑͋L͉̳̑̓̽̑ͧ ͏̑᷈͒ͦ̑̂J͒̑ͧ᷆̑̀͡Ȏ͇᷾̑͂͢͡E͏͔̑̓̎̑ͩḶ͈̑ͭͩ͒̑ ̴̞̑͒͊̑ͅJ̮̘̘̗̑̑͗Ȏ̠̲̟ͨͧ̑Ḛ̶̑ͩͩ̑͡L͔᷆̑͊̑́͜ ̢̩̬̑͒̑᷃J̜᷁̑ͪ̑᷉͝Ȏ̴̝̼͈͇̑ ̤̖̑ͣ̑̆̚E̱͔᷃̑̀̑᷇L͎᷿̑̓̑͆ͅ ̱̓̑ͤ̊̈̑J̶̢͍͉̑͒̑Ȏ̵̜̼͆ͣ̑E͙̒̑͂᷈̑ͫL̰͙͓᷊̑̑͟ ͔͖̑ͩ̾̑̉J̘̜͑̑̍̑͑O̯̓̑̋ͩ̑͜Ȇ͇̲̥͂͊̑L̫̑᷈̉̑̚͠ ͉̈́̑͐͐ͮ̑J̟᷂̞͇̑ͭ̑O̪̊̑̑͐͘͢E̞̬ͯ̑ͭ̑͑L̰̫͋̑̑͌͝ ᷂͔͕̻̑̍̑J̲̣̳͖̑͆̑Ő̹̥̑᷈̑̆Ḙ̴᷊̑͒̑͞L̷̵̟̲̑͌̑ ̧̑̍̑̚͟͞J͖̑́᷉ͩ̑ͥǪ̖̯̜̎̑̑Ȇ̶͕͏̤ͫ̑L̠̞᷂̺̑̿̑ ̵᷊̑͑͊̑ͅJ̪ͧ̑᷃ͦ̑ͧȆ̺᷆᷇̑᷅̕L̪͖͆̑͋ͤ̑ ̡᷿̑̏ͩ̑͢J̳͚̑ͯ̌̑̎L̯᷂̻̦͇̑̑ ̬̼̑͂̉̑̅J̻̑᷾ͮ͊̑᷇O̲᷇̑̈́̑̑᷅

Eͥ̑̓ͧ̑̾͢L̶̷̞̑̒̑͢ ᷂̦̑̏᷆̑̒J̙͕̮̓̑̑̚Ő̑ͪ̎ͮ̑᷄E᷅̑ͤ᷀ͪ̑͋Ļ̢̪̑̆̑͂ ᷿͇̑͋̑͂̚J̥̍̑̋ͨ̑̈́Ọ͙͕͒̑̑̏E̡̎̑̔͌̑᷄L̹͖̬̓̑ͣ̑ ̨̼̑͋᷉̑͐L̻᷿̑̊͂̑᷁ ̭̟̟̑᷁͊̑J̡̛᷿̑ͨ̈̑O̙͗̑̂̑̎͞Ȇ̮̪̬̿̑̌L̜᷅̑͆ͧ̓̑ ̠̑̑̆̚͘͝J̑̈́͋̑͛͜͜Ȏ̵̝̺̪̀̑Ȩ͓̺̑́̋̑L̶̟᷉̑̓̑́ ̣̯̑̾̑̌̚J͔͔̟̑̈̑ͅȎ̷̥̥̃̓̑Ḛ̴᷊᷁̑̊̑L̘ͨ̑͒̑̏̕ ̣̰̼᷉̑ͪ̑J͋̑̃̑̌͡͠Ȏ̻̣̜̉́̑Ȇ̥̘̯̩᷈̑L͖ͪ̑̐ͫ̑ͯ ̛̲̼͗̑̑͡J̛ͧ̑͂̇͑̑Ȏ̴͈͎᷄͒̑Ȇ̝͎ͯ͑̑͏L̩̪̑̋͂̑͋ ̵̑᷁ͬ̀̑͟J͕͉̾̑̿̑ͩƠ̝͚̫̑̑̆Ȇ̞̈́ͭ̑̉͡L̞̫̱̑ͥ̑͟ ̜̑̃̑̔̚͟J̑͢͏̘̑᷇ͅO̖͓͊̑᷅̑ͬ
Ȇ̖̘̺̿ͩ̑L̙̪̲̑̔ͫ̑ ̢ͦ̑̽̑̄͠J͎͖᷃̑᷈ͭ̑O̝᷊ͬ̑͂̈́̑Ę͇̥᷆̑̑̍L͖̓̑̐̄ͦ̑Ȏ̧͇̻ͫ̑̇Ḛ̹ͩ̑͑̑̓L̵̢̥̑᷉̑͜ ̑̔̐̍̑͑͢J̶̑̇́̑͝ͅL͖̰ͨ̑ͫ̑ͅ ̛̟̑ͮ̑̽͜J̦͕ͦ̑ͭ̑͆Ȏ̪͓̈́ͭ̃̑Ȇ͙͚̼ͯ̑᷀L̷͖̺̞̑͌̑ ͙᷀̑᷄᷾ͦ̑J̸͉͉᷅̑᷆̑O̢̟̽̑͛̑͟Ȇ̙̰̏͌̑̔L͕̗̟͉̑᷉̑ ͮ̑̑ͪ̑͗͟J̛̼̑͆̑͑͜O̵̜ͧ̑̄̑͘ ͚͋̑᷈ͥ̑͂E̠͇̎̑ͯ̑ͬL̜̪̑ͩ͋ͩ̑ ̶̷͚̑̑͟͞J̷̮᷊̇̑̊̑Ȏ̭͍̤̮̑͋Ĕ͖̫̮̑ͧ̑L̳̳̦̑͆̑͋ ͈̝͆̑᷆̑͜J̫᷾̑̃͒̑ͣȎ̶̍͐̑᷄͝Ę̖᷆̑̄̑̏L͈̑᷀ͬ̑᷀͜ ̢̩̮͚͈̑̑J͈͛̑̅̐̑͜Ȏ̗͍᷀ͦ̑̑E̴͇ͮ̑᷀̑͡L̖̼̺̑̈́͑̑ ̨̫̱̩̑᷄̑J͗̑ͣ̊᷆̑ͅȎ͍ͧͦ̀̑͢Ȇ̳᷊᷅̾̑̓Ļ̴̡̼̑̑͞ ̹͗̑̽͛̑͝J̸̠̘̑᷉̑̽Ȏ̷̝̻᷉̑̽Ȇ͎̠̍̓̑͡L̷̴͎̭̑ͩ̑ ̦̠̣̌̑̑᷇J͚ͨ̑᷈ͯ̑͞Ȇ̥̦̓͛̑͠Ļ̑ͬ̓̈́̑͟ ̢͓̑̓̑͝͠Ȩ̵᷿̠̽̑̑ ̔̑͛᷈̑᷁͞J̥̩̑̓̿̑͜O̵͔̊̑᷾̑̑Ę̳̈́̑̄̑ͭL̷͔̑ͩ᷀̑͢ ̷͇̑͌̍̑͘J̧̺̑̀᷄̑ͤỌ̡̒̑ͧ̀̑E͎ͫ̑᷄̒̑̋ ̮̂̑᷇̒̑̔J̷̻͕̑͒̑᷉Ȏ̸̳͓̭͐̑E̴ͩ̑̋ͬ̑͋Ḻ᷊̑̂̌̑̉
L̸̸͎̝̤᷿ͬ̀̑ͭ᷃̓̇͗̑ ̸̢̧̱͇̭̽̑̌̑̾̑̿̕͜J̪̯̎̑̾͗͝͏̸̘̒̐̑᷀͘O͚̺̣͇͙͕̼᷊ͭ̑͑᷁̑ͬ͘E̝̥̬̞͉᷉̑͆́͑͗̑͟͡͠L̿­̵̨̱̙᷂̈̑ͦ̂ͪ̍̑̔᷾ ̷̙̱̞̘̥̑̑᷉᷈ͤ᷃̊̑͠J̴̸̨̣̗̭̹͆̑̈́͐̉̑᷅͢O̴̵͎ͨ̑ͯ̎̾ͧ̑̏͐̕͟͞Ę̛᷊̥̼᷊ͭͧ̑̑̏̋̑̒͡Ḷ­̨̼͙̘̫̑̏ͤ̑̓͘̕͡͝ ̤̮̰̗̤͇̮̑᷁̊᷄̑᷁̚͝J̙̥͖͍ͦ᷀̑̌ͫͪ᷆̑ͮͦ͝Ỏ̥̺̥͕̭͕̒̑᷾͐̋͒̑͝Ė̶̸͕̞̑͂᷄̃ͭ̈́̑᷉ͦͅL͌­̸̢̙̬͔̑ͮ͑̈ͤ᷆̑̿̄ ̷̲͖̔̄͐̑̒ͪ͊̒̑᷃͝͞Ļ̷̭̳̪͎̑́̓̈̑̈́᷀͡ͅ ͉̥̖̩͇̟͙̽̌̑̌ͪͬ̑͝J̵̡͉̰̀̑̔̔ͩ̑᷁͢͢͢͡Ơ̷̧̤̗̬͇̘̑̔̀̉̔̑̏E̶̢͙̘͈̎̑̍᷅̓̑ͪ̚͘ͅL͉­̴̣̮̝̑ͮͫͮ̉̈̑ͬ᷇᷉ ̷̞͕̰̟̇̑ͯ̅̑̈́̀ͦ͘͞J̵̷̶̝̖᷅̑̈́᷾̿̏̑̂͘ͅǪ̱̪̘᷿̤͚̀̑̄᷾ͩ̉̑͛Ȇ̢̼̯̯̺᷿̻͚̌ͤ͒̓̑͘L̰­̤̙͎̑̀̈᷅̅̑̑̑ͨ̈͝ ͉̘̦̝̑͒ͅ͏͕̘̋᷀̑᷾̈J͈͏̨̣̹̩̑ͦ̉̋᷅᷇̑᷇̄Ơ̮͍͙͎͓ͦ̄̑᷆ͭ͆̑ͪ͡Ȩ̛͕̭͎̭̽͆̑̑᷄̽᷀̑᷅L̝­̧̖̫̤᷂̑͐̓̅͋̑̏̋͡ ̷̱͓̤̱̫̟̖̘͚͈̑̍̑͢J͈̰̳͍̘̝̤̲̑᷇̑̑᷄ͪ͝O̡̫̪̹̳͈̤̬͂͗̑̆̑ͨ̚Ȩ̦̬̻͉̟̭᷄̑̽ͤ̑͛̉͟L̘­̵̥͖̻̥̀̑̈̾͒͋̑͋͝ ̸̨̗̞̦̲̖̝̟̱̝̺̰̳̦̊̑ͦ̑̽᷈̑̊͛̑͗ͯͦ̚͢͜J̧̪̠͂̑ͪͥ̎̂̑̾̉ͧ̚ͅǪ̺̤̼̻̃̑ͨ̾᷉᷾̑̒ͩ̍E̬­̴̸͎̹̭͈̬͍̽̑ͨ̅̍̑L̡̢̩̞̮᷊̜̆̑͛̓̑̓̿͝ ̶̳̦̱̥͓᷇ͦ̑᷁̂̂̑̾ͅ
J̷̢̨̝̬̪̑͌̐̒̀̊̑̅͜Ó̦̬̳̰̺̰͚̆̑̑᷾̕͘͜Ȩ̸̡̛̝̻̤̪̑᷃̉᷀̑͛͢L­̸̛̠̺̖̩̣̮̉̑̄̌̑̔͠ ̡͉̱ͩͦ̏̑᷉ͪ̀ͬ̑ͥ̾͝J͉ͫ᷀̑̓͟͏͎͇ͤ͐̑̒̊̾Ơ̴̧̥̜̝̹̆̑͐ͮͯ̑ͥ̕E̸̗͎͎͇̍̑ͭͧ̐̑ͪ᷾͘͠L̆­͉̠̤͖̖͗̑̋ͭ᷆̑᷈̕͢ ̟̹̲᷂͉̪͉͆ͬ̑᷄̄ͫͥ̑J͓̳̗̭̱̬̓̋̑᷃̃̈᷀̑᷇Ơ̘͇᷂͚͓̯̅̑᷉ͭͫ̑̿͝Ẻ̷̵̛̺̱᷂̜̘᷊̑̎̑͛͆L̖­̴̸̢͖͖͂ͨ̑̓͋͒̑̊͟O͎͔͂͂ͣ̑̋͏̧᷿̓᷆̑̓ͥȨ̷̯̺͔̼͆̽̑̄᷆᷀̑͞͡L̢᷂̯̙̗ͧ̎̑͗́̌ͨͮ̑͞ ̴̵̣̤̰̻̱̬͊̌̑͌̑ͥ̕J̘̪̮̙͎̣͐̓᷾̑̔̑ͩ̑͋L̵̴͉͚̳̬̃̿̑̓̽̈́̑̀ͧ ̶͏̹̲̪̑᷈ͨ͒ͦͤ̑̂ͣ͠J̸̳̗͙ͯ͒̑ͧ̑᷆̎͆̑̀͡O̶͇͙͚͗̑ͮ᷾̐́̑͂͢͜͡E͉͏͔͑̑ͣ̓ͤ̎̏̑̀ͩͤ̚L̴­̣̬̻̯͈̑ͭ̎ͩ͒̏̑̌̉ ̴̧̫̞ͣ̑᷇ͥ͒ͨ͊̑᷆ͭͅJ̮̊̑̕͏̸̘̘̗̯̂ͫ̑͗̓O̠͔̲̟ͤ̽̑̀ͨͧ͛ͪ̑͊̐Ȇ̶̪̰̩͉̟̎ͩ̂ͩ̔̑͞͡L̋­̷͖͔͉̟̹᷆̑͊̑́͐̚͜ ̸̢̛̩̬͇̻̔᷆̑͒͗̑᷃ͧJ̟̱̰̙̜̻͎᷁̑̏ͪ̑᷉̂͝O̴̝͍̜̼͈͇̤ͫ̑ͥ̂̑̎͠ ͇̤̺̖̣̭̑᷆ͣ᷾̏̑̆̚͞Ḙ᷿͔̱͔̲̝᷃̑̾̀̑᷈᷇᷉L̬͎̥͈͚̼᷿̫̑̓᷈̑͆͛ͅ ͉͉̱̬̽̓ͪ̑ͫͤ̊̈̀̑͟J̶̢̡͍͉͇͋̽̑̌᷁͒᷾̑̂Ǫ̵̜̼͆͌̑̀ͯ͆ͣͮ̑̐᷈E̘͙͕͍͕̅̒̑͂̾᷈̑ͫ͋͟Ḷ­̰̟͙͚͓᷊͔̈́̑᷇̽̑͆͟ ̰͔͖̲͙᷄̑ͨͩ̾̑̉ͪ͢͠J̛̺͔̘̜̙͓ͯ͑̑ͤ̍̑͑̎O͎̯̯ͫ̓̓̑̽̂̋᷾ͩ̑ͮ͜E͇̲̼̥᷉ͥ̑᷇̎͂͊̔̑ͭͬL᷾­̫̹͔̠̟̑᷈̉᷉̑᷃᷄̚͠ ᷿̗̣̣͉̈́̑᷃͐ͨ͐̑ͮ̑͛J̢̳̟᷂̰̞͇̖̑̿ͭ̽̑͜͠O̵̟̞̫̪̳̊᷅̑͊̊̑͐͘͢E̼̻̞̬͈ͯ̑᷆ͫ͗ͭ̑̋͑͆L̡­̰̫̥̦͋́̑̽̌ͥ̑͌̚͝ ̶᷂͔͕̻᷅̈̑͆ͥ̍̐̑ͨͅJ͖̲̣̳͖̦ͫ̑̇͆ͨͪ̑ͭ͢O̹͕̥͇̻̫᷁̋̐̑͒᷈͐̑̆E̴̖̭̻᷊̦͑̑̄̀͒̈́̑͋͞L͌­̷̵̟̼̲̑̌̌͌᷾̈́̑̒͟ ̧̠̭̮̱̰ͭ̑̍ͨ̔̑̚͟͞J̷͖̪͉᷿͛̑̈́᷉̅ͩ̑̔ͥO̢̝̎̑͏̢̨̖̯̙̜̘̳̑ͅȆ̶͙͕᷊̙̊͏᷿͔̤ͫͮ̑ͥL̵­̠͔̞᷂᷂͕̺͂̑ͣ̿͆̑ͬ ̶̵᷊̌᷅̑̇͑͊᷃͏̣͚̑ͅJ͖͓̪͎̣̻᷀ͧ̑᷃ͯͦ᷁̑ͧȄ̪̣̼̺̮́̑᷆᷇̑̀᷅᷉̕L͓̪᷿͖̐͆᷅̑͋ͤͦ᷀̑̄͘ ̡̨̡᷂̟᷿̇͂̑͛̏ͦͩ̑͢J̢̳͚̪̱̌̃̑᷇ͯ̆̌̓̑̎L̡̯̯᷂̻̦͍͓͇̋̑́̑͜͢ ̴̬̩̼̖͔́̑᷁͂̉̇̑̅̅J̛᷿̻̲͙͚̑̽᷾ͧͮ̋͊̑᷇O̻̲̖᷄᷇ͪ̑̈́̄̑ͦ̑̉᷅ͫȨ̵̜ͥ̑̔̓ͨͧ͐̑ͪ̾᷃͢L̗­̶̷̧̘̞̍̑̏̒᷉͋̑͢ͅ ᷊᷂̲͓̑̏͏̜̦̥̻᷆̑᷉̒J̧̙͕͎̮̗͋̓̔̑͛̃̑͂̚O̷̯᷊̐̋̅̑́ͪ̎ͮ̑᷄̎͜E̶͖̯̳᷅̑ͤ᷇᷀́ͪ̐̑̇͋L̖­̷̧̢̟̪᷊̑ͯ᷄̆̅̑ͩ͂ ̸̨̡᷿̩͇ͮ̑᷁̓͋̑̂͂̚J̶̧̝̥̼̥̍̑̈̋᷆ͨͫ̑̈́Ọ̧̡͙͕͍̽͒᷆̑ͣ̊̌̑̏E̡̲̹̎᷃̑͏̶̠̔̽͌̑̒᷄L͍­̧͖̹̪͖̜̪̬̓͂̑ͣ᷉̑ ̨̼̱᷿̭͎̀̑͋᷉͒̑͊͐̚L͙̻̞᷿̟͈ͧ̑᷁̊͂᷃̑᷁͟ ̭̫̟̩͎̟̥᷁̅̑᷁͊̑́̚J̡̛̙̠͕᷿᷾̑ͨ̍̈̏̑̇̚O̯̙᷂̦͇̓͗̑᷀̂̀̑̉̎͞E̸̴̱̮̪̝͖̬ͮ̑̿᷉̑̌̅L᷁­͈̝̘̜᷅᷁̑͆ͧ̓ͮ̑᷾͢ ̛̹̠͕ͫͨ̑ͧ̑̆̌̚͘͝͝J̛̳̤̺̿̑ͨ̈́ͣ͋̑̽͛͜͜Ȏ̵̰̮̝̺̘̪͆̀͗̑ͣ͘͘Ȩ̺͙͓̗̺̑͐́͂̋ͫ̑᷀ͥL᷾­̶̜̟᷊̯̜͎᷉̑̓̒̑́͝ ̜̣̯̳̪̫͑̑ͭ̾͛̑̌̚͘J̼͔̹͔̟᷅᷆̑ͩ̈᷅̑̅᷃ͅO̷̡̥̮̥̯͆̑ͥ̃᷆̓ͪ̑ͅË̴̦᷊̰᷊͓̮́᷁̑̊̑̂̚͟L̊­̸̘̫᷿ͨ̑͒͒̆̑̏̕̚͠ ̷̮̣̯̰̙̼̤͐᷉̋̑ͪ̑͌J͉ͨ͋̾̑̉̃ͪ͌̑̌ͬ͡͠͠O̻̫̣̜̞ͥ᷈̑́̉͂́ͣ̑᷁Ȅ̥̲̘̯̳̦̩̑̀͆᷈̑ͬ͟L͌­̛͖̦̘̘ͪ̑̐ͬͫ᷀̑ͯ͢ ̨̛̲͇̼̽͗̎̑ͨͩͫ̑͢͡J̸̛̺̔ͧ̑͂ͪ̇͗͑́̑̐̽O̴̸̷̘͈̮͎̾̑᷄ͬ͒̑̌͟E̝͍̣͎᷾̒̑ͯ͑᷄᷆̑ͩ͏͘L͌­̩̪͉͍̓̑ͤ̋᷆͂̑͋̎͟ ̵̦̦᷊᷊̑̇᷁ͬ᷈̀̑ͨ᷄͟J͍̯͕͉̾ͣ̑̿᷅͋̑̍ͩ᷅͡Ơ̶᷂̝͚̫̘̑ͮ̀̑͞͏̆͡Ȇ̢̛̞̬̞̦̭̈́ͣ̀ͭ̑̉͡Ḽ­̶̷̞̫̱̑ͧ̒ͥ͛̑͂̃͟ ̛̗̝̜̻͚̑̿̃̑̔̒̚͟ͅJ̩̺̲̑͢͏̛̘͗̅͑̑᷇͠ͅO̴̖͓̻̓͊̆̑͆͂ͧ᷅̑́ͬE̵̛̖̘̘̮̺͑̑̿̿ͤͩ̑͟L̾­̙̩̪̲̙ͨ̑̔̎ͫ͂̑̑͜ ̷̢̡̖̖᷿̲ͦ̾̑̽̑̄͠͠Ĵ̹͓͎͖᷃̅̑᷈ͭ̑̂͜͢͡O̷͓̝̪᷊͊ͬ̌̑͂᷅̈́̑̓̂Ę̭͇͓̥̖̐᷆̒̑̓͒̑̍ͣLͧ­̶̶͍̥͖̓̿̑̐̄́ͦ̑᷃Ȏ̶̡̧͓͇̻̖̆ͫ͐̑̿̇͡E̫̪̲̥̰͚̹͓͕ͩ̑͑̑̓̏L̷̵̢̞̥᷂̄̑ͫ᷉᷃ͮ̑͜͞ ̷̜̤̌̑̐̔̐̄̍̑᷇͑͐͢J̶̻̳̑̇᷀́̊̑ͫ͘͝ͅͅͅL̬͖͍̫̰ͨ᷇̑̽ͫ᷇̑᷅̐ͅ ̸̴̛̲̟᷉̑̍́ͮͯ̑̽̚͜J̼̦͕ͦ̑᷄̈́̅ͭ̇̑ͤ͆ͬ͝Ȏ̪̝̮̳̖͓̑̈́ͭ́̃̃̑̾Ê̵͙̩͚̼̼̹̑ͬ᷄ͯ̑᷀ͨL͌­̶̷̨͖̺̞͎̞̣̑͌̉̑͝ ̧̣̮̟͙᷀̑̂᷄᷾̇ͦ̑̔͟J̸̢̻͉͉̥̉᷅̑᷆ͥ̆ͪ̑͡O̢̟ͧ̽̉̑᷾͛᷄̑᷀ͭ͘͟͟E̙̘̗̰͍͉ͪ̑̏͌̑ͣ̔́̕L̞­͕̩̗̟̗͉͑̑᷉̓᷈̑ͪ͠ ̟̭̤͉ͮ̑̄̑ͪͥ͊̑͗᷇͟J̸̛̫̼̣̳̑̑̊͐͆ͬ̑͑͗͜Ọ̵̜ͨͧ᷉̑̒͏̄̑̑᷇͘͞ ̧̩͚̰̑͋᷅̑᷈ͥ̓ͩ̑̀͂E᷁̎̑᷇ͯ̕͏̠͇̭̄̑̇ͬ̋L̸̜͖̘̪̇̑̆ͩ̇͋ͩ᷃̑͆ ̶̷̞͚᷇̑᷈ͯ͟ͅ͏̳̑̈͞J̷̧̘̮᷊̜̇᷅̑᷾̊̒̑̿͆Ȏ̼̭͍̤̮͕̔ͫͯ̑̆͋͘͝E̛̛͖̫̟̮ͮ̆̑̏ͧ᷉̓̆̑L̡­̳̥̼̳̦͎͔̫͚̑ͤ͆̑͋ ̡̭͈̝᷂̽͆̀̑ͭ᷆ͥ̈̑͜J᷊̟̫̼̜᷃᷾̑̈̃᷅͒̑᷉ͣO̶̯͇̽̑᷄̍᷃͐̇̑̈᷄᷃͝E̢̨̨᷂̖̘᷆̏̑᷇̄̏̑̏̾L͂­̧͈̬̑̆᷀ͧͬ̑᷀̚͜͞ͅ ̴̢̨͚̩̮͚͎͈̟̑̌̑͢ͅJ͇̬᷿͈͛̑̅̆̐̀̑̓͘͜͠O̧̗͏̫̪͍̑᷀ͦ͆ͩ̑᷾̑͠E̴̴͉̠̜͇̦ͮ̑᷀̋̑ͫ᷆͡Lͧ­̛̖̼̺̰ͥ̑̈́͂͑ͯ̑᷅͜ ̨̫͈̱̩̜̓̑᷄᷀ͨ̑ͩ͢͞J̸͖͗̑̂ͣ᷈̊̓᷆̑̽᷆͜ͅO̜͍̙̓̑͊ͧͦ̀͊̑᷾͊̕͢E̡̳᷿̪᷊̬͂̑᷅᷾̾̉̑̾̓L᷉­̴̧̡̰̝̼̙̑̎᷅̑ͯ̕͞ ̗̻̗̹͗᷇̑͋̽ͩ͛̑͜͝ͅJ̸̠̘̇᷉̑̆̎᷉̆͂̑ͨ̽̈Ọ̷̡̡̝̻͙ͭ̑ͥ᷀᷉̑̽͟E̴͎̊ͯ̑ͥ̐̍̓͡͏̠̑̃̽L̘­̷̴̢͎̰̭͙᷄̑᷾ͩ̈̑̐ ̦̠̣̺̌ͤ̑̏᷃́̑᷇̔͢͢J̵̡͚̭̫̗ͨ̓̑᷈ͯ̑̅͜͞Ẻ̥̫͓̦᷿̗̑̓͛ͣ̑̅̚͠Ļ̷̢̺ͫ̑ͬ̂̓̌̈́̑᷾̚͟ ̷̢̛̜͕͓̹̝̑̓̍̑͜͝͠Ȩ̵̖᷿̠͎̗̽᷀̑̾̈́ͪ̑ͩ ̣̦̻̄̔̑͛᷈͂̓̑᷁̀̕͞J̨̥̱̩̑ͬ̑̐̓̿ͮ̑͒ͮ͜O̵̗͔͖̊̑ͣ᷾̒̑̑᷄̚͟͞Ę̮̳͈̖̿̈́̑̆̄̑̂ͭ͘͟L᷆­̷̧̬͖̱͔̆̑͋ͩ᷀̑̔͢ ̷͇͕͇̯͖͓͋̑̏͌̍̐̑͘J̧̻̺̬ͮ̑ͥ̀᷄̾᷃̑ͤ̕͘Ǫ̸̡̣᷁̒͋̑̎ͧ̉̀͗̑̓E͇͍͎͕͆ͫ̑̓᷄̒̾͑̑̋̔ ̲̮̫́̂̑̾᷇̍̒᷾̑̔᷄͟J̷̻̱͕̖͚͆̑͒̀̑ͯ᷉͜͞O̸̧͚̳͓᷿̭͆̑̽͐̑̒᷇̚E̴̦̳̺ͩͭ̑̈́̋ͬ̋̑̽͋ͬL̤­̱̫᷊̑̈́̂᷆̌͊̑̉̓̕̕



Ę͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̬͎̠͎͗́̏͞͝L͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠̀ͩ̚­͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎̈̔͘ ̸̴͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎̖͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎̳͎̠͎̩͎̠͎͎̠͎͈͎̠͎͎̠͎͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎᷅ͬ᷀̋ͥ̔J͎­̡̠͎̪͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎͎̠͎̉᷁͠O͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷿͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͩ᷃ͦ̔͞ͅE͎̠­͎͎̠͎̜͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷀̽ͯ᷆L̢̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎̋᷾͟ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎̞͎̠͎͉͎̠͎͎̠͎̒͆ͮ͢J̶̧͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎ͨ͢͟͠O͎­̠͎̠͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̜͎̠͎̄᷉ͭ͂E͎̠͎̰͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎͎̠͎͗͐͏̛͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎L͎̠­̧͎̥͎̠͎͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎̬͎̠͎ͭͣ ̸͎̠͎͇͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷉ͦ̊͠J͎̠͎̙͎̠͎͙͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̅͒̓ͦ͠O͎­̠͎͎̠͎͈͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͈͎̠͎̓̐̑᷾͞E̴͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎̽̾̅̚L͎̠­͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͚͎̠͎̒͒̓͟Ę͎̠͎͎̠͎͎̠͎͆͏͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͪ̏͝͠L͎̠͎­͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎͎̠͎̐᷾̈̔̚͜ ̸̢͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎͎̠͎͎̠͎̥͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎ͬ̿ͪ̋᷁ͥ᷆͝͠J͎­̡̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̈̓̉ͭ͘O͎̠͎͎̠͎͎̠͎̹͎̠͎͎̠͎͙͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎̓᷃ͦ̔E͎̠­͎̮͎̠͎̜͎̠͎͕͎̠͎͖͎̠͎᷂͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎ͯL̛͎̠͎̣͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷃᷾ͬ͟͞ ̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎͉͎̠͎̬͎̠͎ͫ͢J̧͎̠͎͎̠͎͎̠͎̮͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎̇ͨ͐O͎­̠͎̰͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎̮͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷉͂͜͟E̷̛͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷁̾͐ͪL͎̠­̢̧͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎̣͎̠͎ͭ̇̋ ̸͎̠͎̘͎̠͎̼͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͦ͘J̷͎̠͎̺͎̠͎͙͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̄͒ͦ͜O͎­̠͎͎̠͎͈͎̠͎͔͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̃̐᷾ͧ̕E̷͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎͎̠͎̮͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷃̒̅̚L͎̠­̢͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͍͎̠͎͑̒̅ ̶͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷉͋ͥ̓͘J͎̠͎̣͎̠͎͎̠͎͎̠͎͕͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̐ͧ̓̾͞O͎­̠͎͎̠͎͉͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̑͛ͫ̎͠E͎̠͎͎̠͎͎̠͎͍͎̠͎͕͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷇͒᷈̔L͎̠­͎͎̠͎᷿͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎̅́᷇͆̇ ̧͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷊͎̠͎᷿͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎ͥ᷀͆J̴͎̠͎̭͎̠͎̰͎̠͎͔͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎ͬ̋O͎­̠͎͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎̥͎̠͎͐̇̏͝E͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͯ᷄̾̃̉̋͗L͎̠­͎͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎ͭ̂̊ͫ̌ ̸͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̹͎̠͎̳͎̠͎̺͎̠͎͒͆̄J̵͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎ͦͩ̋E͎­̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̔̈̎̇̅̏͜L̡̢͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͒̇᷀͛ ͎̠͎͎̠͎͔͎̠͎͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎̣͎̠͎͎̠͎᷉̉̔͡J̶̛͎̠͎͎̠͎̖͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎͎ͮͫ̈́ͤ­̠͎͚͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎̇͌᷅͐̃L͎̠͎̝͎̠͎͎̠͎͎̠͎͉͎̠͎̽͊͏͎̠͎͎̠͎͎̠͎̐͘ ̡͎̠͎͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎͎̠͎̓̄͟͠J̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎̽ͬͧ͌͠O͎­̨̠͎͈͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎͑ͥË͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎͎̠͎̣͎̠͎͎̠͎́̌̑̍͘L͎̠­͎͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎᷊͎̠͎͈͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎̹͎̠͎͙͎̠͎͎̠͎̎᷉̈́̄̅᷾ͭ­͎̠͎͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷃̃̈́̎̆ͅ ̨͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷃ͯ͊̇ͮJ͎̠͎͔͎̠͎̺͎̠͎̻͎̠͎᷊͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎̺͎̠͎͟O͎­̨̠͎͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎̌ͥ̈́E̶͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎̠͎̠͎͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷉ͣ̄L͎̠­͎͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͙͎̠͎͙͎̠͎᷁̎͒͢ ̵͎̠͎̟͎̠͎̠͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̐̊͒͆J͎̠͎̹͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎͎̠͎͛͊͊͊͠O͎­̸̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎͞͏͎̠͎͎̠͎͎̠͎̈̈́E̵͎̠͎̰͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎᷊͎̠͎̊͢L͎̠­̶̴̸͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎᷂͎̠͎͎̠͎᷂͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͙͎̠͎̹͎̠͎̆̒ͯ̚͢͜ ̨͎̠͎͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎̒͛᷁L͎̠͎͎̠͎͎̠͎̣͎̠͎͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎̳͎̠͎̂̃ͥ͠ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷊͎̠͎͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎̠͎̠͎᷀̿̆͐J̨͎̠͎᷿͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎̅̒̿̿O͎­̠͎̩͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̉᷀᷃͘͠E͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͕͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷃̑᷄͟͡͞L͎̠­̴̵̨͎͎̠͎͎̠͎͔͎̠͎͎̠͎͎̠͎̰͎̠͎̹͎̠͎͎̠͎͎̠͎̰͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷾̋᷈͌͛͛͞ ̶͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎̠͎̠͎͓͎̠͎͐͢J͎̠͎̺͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͨ̉ͬ̿̚O͎­̸̛̠͎͔͎̠͎͎̠͎͉͎̠͎̭͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̅̓̈́᷈ͧ̃̑̓̑E͎̠­̸̵͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎͇͎̠͎̃̍͟L͎̠͎̩͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎̲͎̠͎͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎ͪ̈́͡ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎̿͋̾͘J͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̰͎̠͎͎̠͎̇ͫͮ͛ͣͅO͎­̴̢̠͎̭͎̠͎͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎᷂͎̠͎͎̠͎͎̠͎̋͜E͎̠͎̲͎̠͎̥͎̠͎̰͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎̹͎̠͎ͤL͎̠­̢͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̜͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̐̉᷃̅͟ ̷͎̠͎̳͎̠͎̝͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎̼͎̠͎̟͎̠͎̖͎̠͎J̡͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎̰͎̠͎͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎̈́͛̾O͎­̨̠͎̪͎̠͎̪͎̠͎̭͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎̓͘E͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͙͎̠͎͎̠͎᷃́ͤ͊᷾ͨL͎̠­̢͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̓ͫ̀͊᷆᷈ ̧͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎̪͎̠͎͎̠͎͎̠͎̪͎̠͎͎̠͎͎̠͎͔͎̠͎̯͎̠͎͎̅ͨ̀ͯ᷅͘͘͜­̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷂͎̠͎̲͎̠͎͕͎̠͎᷈ͮ̏͞J͎̠͎͎̠͎᷿͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̍̃̏͘̚O͎̠­͎̟͎̠͎͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎͎̠͎ͬ᷉̆͟E͎̠͎̭͎̠͎͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎̜͎̠͎̮͎̠͎͎̠͎͆̐̈L͎̠͎­͎̠͎̦͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎͎̠͎᷾ͪ̓͠ ͎̠͎̜͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͂̔̓͏͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷁̀J͎̠͎̫͎̠͎̖͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎̝͎̠͎᷈̑̏O͎­̧̧̠͎͎̠͎͎̠͎̪͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎͔͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͣ̀̃ͫͯͣ̄͗̕̚E͎̠­͎͎̠͎̠͎̠͎̪͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎̌᷄̃L̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷄̓̎ͨ ͎̠͎̠͎̠͎͎̠͎͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎͎̠͎᷉᷾᷅̕J͎̠͎͉͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̈᷇̓̓̚O͎­̴̵̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̆̊́̃͆E̛͎̠͎᷊͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͆͜͏͎̠͎͚͎̠͎L͎̠­͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎ͬ̿̊̒᷄͆ ̵͎̠͎͎̠͎͎̠͎͍͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̅᷀̆̕J̨͎̠͎͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎̐̾᷾͜O͎­̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎᷁̔᷄̋
Ę͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̽͊̃ͤͅͅL͎­̧̠͎͍͎̠͎͎̠͎̩͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͙͎̠͎̃ͩͯO̵͎̠͎͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎᷂͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷆᷾̊͞E͎̠­̧͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷈ͦ̅̀᷾͒L͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͩ͊̅̔̔ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎᷃̾᷃̑̄̄J̸͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̆͑̌ͪͧ̄L͎­̧̠͎͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͥ͊͛ͩ͡ ͎̠͎̣͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎͎̠͎͙͎̠͎ͩ̆᷄J͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͯ̏͏͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷾ͧ̿̊O͎­̡̠͎͎̠͎͎̠͎̠͎̠͎͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎͎̠͎͑͑̈́͝E͎̠͎̦͎̠͎̞͎̠͎͎̠͎͎̠͎̬͎̠͎᷿͎̠͎͎̠͎͆͐᷃L͎̠­͎̻͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̇ͫ̋ͩ͘ ͎̠͎̺͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎͎̠͎͇͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷁͗͠͡J̧͎̠͎̦͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎̔͆ͬ̕O͎­̷̠͎͎̠͎͏͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎͜͠͏͎̠͎Ę͎̠͎͎̠͎᷿͎̠͎͈͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎͎̠͎̍̂L͎̠­̷̡͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̊ͯ̃̑͒ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎ͥ̏ͣͤ͡J̵͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̏̑́̚͝O͎­̠͎͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷂͎̠͎᷇͆ͭ͆͛ ̢͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎͎̠͎͙͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷅͟͝Ẻ̛͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎͎̠͎͎̠͎͊̈́͢L͎­̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̾̊ͩ͢͠͡ ̨̢͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̪͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͩ̓ͣ͞J̨͎̠͎͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͣ͑ͯ̂͞O͎­̶̶̠͎͎̠͎͈͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎͇͎̠͎̄͆E̶͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎̓̍᷇͗L͎̠­̡͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎͎̠͎̇᷆͒́ ̴̧͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̬͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͧ͋᷈J̶̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͇͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷆̆ͪ᷆O͎­̢̠͎̹͎̠͎̰͎̠͎͕͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠̀ͧ᷀̇᷃᷁̑᷀­͎̤͎̠͎̪͎̠͎̪͎̠͎̠͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͥͮ᷃Ę͎̠͎̻͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͥ̉ͮ͋̋L͎̠͎­͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎͚͎̠͎᷈ͩ̇ͭ ͎̠͎͏͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͆̑ͧͭ̕J̵̧͎̠͎͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷃̈̈O͎­̠͎̰͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎̋͐͗̈́E̸͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̪͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎͕͎̠͎ͤ͐᷅L͎̠­͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷾᷅͗͌̒͌̒ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎̪͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎̹͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̣͎̠͎ͧͦ̓᷄̾ͮ̇ͯͣ͝J͎­̴̶̠͎͕͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷄͗̌
O͎̠͎̼͎̠͎̖͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎ͫ̇͡͝E͎­̠͎͙͎̠͎̮͎̠͎͎̠͎͉͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷁̎᷈L͎̠͎͉͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎͎̠͎͉͎̠͎͎̠͎͎̠͎̏̒ͣ̕ ͎̠͎̞͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎᷉᷃͋̒ͥJ̧͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎͎̠͎͕͎̠͎̘͎̠͎͎̠͎͎̠͎̐͢͞O͎­̠͎͎̠͎͉͎̠͎̘͎̠͎͖͎̠͎͔͎̠͎͎̠͎͎̠͎̀ͫ͟Ȩ͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͕͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̒͒᷈̍͝L͎̠­͎̗͎̠͎᷿͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎̜͎̠͎᷇͛ ̧̧͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷊͎̠͎͔͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎͊͟Ę͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷿͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷅͛̏ͩ͝L͎­̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̈͛̈̔ͣ̚͜ ̸̨̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎͎̠͎͎̠͎͍͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎ͬ͐̋͊ͥͯ͜J͎­̡̠͎͎̠͎̼͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͈͎̠͎̒̉͝O͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎͎̠͎͎̠͎͒᷃ͦ̔̔E͎̠­͎͎̠͎̜͎̠͎̙͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̈̆ͯ̉L͎̠͎͏̨̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎͎̠͎̎᷾͟ ̵͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎͉͎̠͎͎̠͎̾͢͡J̧͎̠͎͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎ͨ̈́͡O͎­̠͎͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̈́ͮ᷉͗͂᷾E͎̠͎͏̛͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͪ͐̈͝L͎̠­̧͎͕͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎͎̠͎ͭͮ̂᷆ ̸̢͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͪͦ͟J͎̠͎̬͎̠͎͙͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͪ͒᷾ͦͤO͎­̠͎͙͎̠͎͈͎̠͎͎̠͎͎̠͎͇͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷅̐᷾ͤÉ͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎̆̅̚͝L͎̠­̸͎͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎̳͎̠͎͈͎̠͎̳͎̠͎̠͎̠͎̒ ̶͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎᷊͎̠͎᷉͋ͥJ͎̠͎͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎͕͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̌̐͌ͪ͞O͎­̵̠͎͎̠͎͉͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎ͣ͒ͫE͎̠͎̣͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎͕͎̠͎̮͎̠͎͎̠͎͎̠͎͒᷈͑L͎̠­̶͎͎̠͎᷿͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎ͫ᷉᷇͋ ̧͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷊͎̠͎͎̠͎̥͎̠͎͈͎̠͎͋̌ͧĴ̴͎̠͎͎̠͎̰͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͬ̔͘O͎­̠͎͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎͎̠͎͉͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷃̇̏ͅͅE͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̲͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷄᷆̃̋̎L͎̠­͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎͉͎̠͎ͪ̂͒̊̌ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̣͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎͆ͩ̄̂͟J͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎̫͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎͍͎̠͎ͮ͐E͎­̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷊͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎᷈̈᷇̇͜L̡̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̺͎̠͎̇ͩ͛͡ ̶͎̠͎̫͎̠͎͔͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎͎̠͎̣͎̠͎̙͎̠͎͡J̶͎̠͎͎̠͎̖͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̲͎̠͎͎᷾ͫ̓ͤ­̠͎͎̠͎͎̠͎͈͎̠͎͎̠͎͍͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎̎̇᷅᷁L͎̠͎̻͎̠͎͎̠͎̗͎̠͎͉͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͎̠͎̽̐͟ ̡͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͥ́̓͆͟͠J͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎̌̽̽ͬ̉̕O͎­̨̠͎͕͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎ͨ͑͋̔Ě͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎̭͎̠͎̞͎̠͎̣͎̠͎͚͎̠͎L͎̠­̨͎̘͎̠͎͎̠͎᷂͎̠͎᷊͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̹͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎᷉̈́̌̄ͦ᷾̄ͭ­̪͎̠͎͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎͎̠͎̃̉̎̿ ̨͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎̎ͯ̾̇͡J͎̠͎͎̠͎̺͎̠͎̪͎̠͎᷊͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͎̠͎̅̈́᷆O͎­̨̨̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̄ͥ̂̈́͒E̶̶͎̠͎͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎͈͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷉ͣ̉L͎̠­͎͎̠͎̫͎̠͎̞͎̠͎͎̠͎̰͎̠͎͙͎̠͎͎̠͎̉͌͢ ̵͎̠͎͎̠͎̠͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷾̎͒͘͜J͎̠͎̮͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎͎̠͎͛͐͊͋͡O͎­̛̠͎͕͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͨ̈ͬȨ̵͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎͇͎̠͎̏͢L͎̠­̴̸͎᷊͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̜͎̠͎͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎͙͎̠͎͎̠͎᷾̆̒̋ͪ̚͟ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎͑͛᷁᷁᷃͘L͎̠͎͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎͎̠͎͎̠͎̙͎̠͎͎̠͎ͮ̃̌͒͠ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎̫͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎᷉̿̆̔J̵̨͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷃̑̒̒̿O͎­̠͎͎̠͎͚͎̠͎̘͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̅̉ͮ᷀̿E͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷃ͮ᷄͑͜͡L͎̠­̴̴̨͎͎̠͎͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎͎̠͎̰͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̰͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͚͎̠͎ͣ̋᷇᷈ͦ͛ͥ̕ ͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎̠͎̠͎͎̠͎̇̌ͭ̏J͎̠͎͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͛̔̉̋ͧ̚O͎­̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎͎̠͎͎̠͎̪͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̜͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̈́̅̈́̓᷈̍ͧ̑᷁̑͜͠E͎̠­̸̵̛͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷂͎̠͎̑̍L̡͎̠͎̖͎̠͎͎̠͎̭͎̠͎̲͎̠͎͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎ͣ͡ ͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̫͎̠͎͎̠͎͋͛̍͘͜J̸͎̠͎͎̠͎͎̠͎̩͎̠͎͎̠͎͎̠͎̰͎̠͎̭͎̠͎᷆ͮͅO͎­̴̠͎͎̠͎͎̠͎̣͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎͎̠͎̲͎̠͎᷈̋̀E͎̠͎̬͎̠͎̥͎̠͎̠͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎̣͎̠͎̒L͎̠­̶͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̜͎̠͎͎̠͎͎̠͎͔͎̠͎᷃ͦ᷃͟ ͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎͓͎̠͎̟͎̠͎͎̠͎͛͐ͥJ͎̠͎͎̠͎͎̠͎̹͎̠͎̰͎̠͎̜͎̠͎͎̠͎͔͎̠͎᷈̈́̾O͎­̠͎̻͎̠͎̪͎̠͎͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎͎͎̠͎͎̠͎ͯ͘ͅÉ͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͙͎̠͎͎̠͎ͭ͊̚͠͡L͎̠­̛͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̓̀ͪ᷆ͪ̚ ̧̧͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̪͎̠͎͉͎̠͎͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎͔͎̠͎̝͎̠͎͎̌᷄ͨ̾᷅͘͘͜͝­̶̠͎͎̠͎͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎͎̠͎̲͎̠͎͎̠͎̓̏̽͞J̨͎̠͎̦͎̠͎᷿͎̠͎̞͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͨ͘̚O͎̠­͎̝͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎̯͎̠͎͎̠͎̓ͬ͟͡É̵͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̦͎̠͎͎̠͎̮͎̠͎͎̠͎͆̐͘L͎̠͎­᷊͎̠͎̦͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎̻͎̠͎̞͎̠͎͉͎̠͎ͅ ̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷉͂̓̓᷁͏͎̠͎J͎̠͎͎̠͎̖͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎͎̠͎̳͎̠͎͈͎̠͎̾̑᷇O͎­̧̨̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̗͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̓̾̀᷈̃ͫͯ̄̏̕͟E͎̠­͎͎̠͎̠͎̠͎͎̠͎͎̠͎͙͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎ͥ᷄̃͞L͎̠͎͇͎̠͎͎̠͎̓͏̨͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̎ͨ̓ ̶͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̺͎̠͎͎̠͎̻͎̠͎͎̠͎͋᷉ͭͦJ͎̠͎̣͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎̈̐͏͎̠͎͎̠͎͎̠͎̓̂O͎­̴̷̠͎̲͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷂͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎́̃E̡̡͎̠͎͎̠͎̱͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̒͜͏͎̠͎̮͎̠͎L͎̠­͎̳͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̿̊̒᷈͆͠ ̵͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̟͎̠͎̥͎̠͎͎̠͎᷊͎̠͎̀᷇᷀J͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͓͎̠͎͇͎̠͎͆̾ͥ͜͝O͎­̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̯͎̠͎̺͎̠͎̱͎̠͎᷁ͭ̔ͅE̛͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̘͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷇̽̃ͅͅL͎̠­͎̥͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎͎̠͎̝͎̠͎̃ͩͯO̵͎̠͎͈͎̠͎͎̠͎͎̠͎᷂͎̠͎͎̠͎͎̠͎̞͎̠͎ͭ̓᷾E͎̠͎­̡͎̠͎͎̠͎̲͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎ͦ̀͒᷉͝L̴͎̠͎͎̠͎̼͎̠͎͎̠͎͚͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎͎̠͎̔͘͡ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͖͎̠͎̫͎̠͎᷅̾͆̑̀J̸͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̪͎̠͎ͮͩ̌ͭͧL͎­̠͎͎̠͎̙͎̠͎̬͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̋͊͛̐͡ ͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̤͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̓ͩ̆̔᷄̑J̴̡͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎͎̠͎̏̔᷾̋̿O͎­̡̠͎͎̠͎͎̠͎̰͎̠͎͎̠͎͇͎̠͎͎̠͎̹͎̠͎̇͑͝E͎̠͎̘͎̠͎
JOEL
Stephanie Cynthia  Jul 2013
J.
J.
J.
Ah, J.
A love I hath excitedly longed to find,
A love t'at previously had no name.
J.
A love too thrilling for my sights to feel,
and perhaps th' only love t'at couldst make me thrilled;
A love so genuine and benevolent,
A love so talented and intelligent.
Ah, J.
A love t'at just recently landed on my mind;
And made all my lyrical days far more splendid;
A love t'at briefed, and altered me more and more;
A love so chilly and important, with subt'leness like never before.
Ah, J.
My very, very own J.
Perhaps my future king, my precious, but at times villainous-darling.
Oh, J.
And perhaps I am just not as virtuous as I might be,
But t'is poem shall still be about thee;
For thou art-within my minds, still awkwardly th' best one,
With a pair of oceanic eyes too dear; and a civil charm so fine.
J.
J, o my love.
If only thou knew-how oceans sparkles within thy eyes,
And 'tis only in thy eyes, t'at any of t'ese complications might not become eerie,
And then t'is destiny is true, as well as how truth is our destiny;
So t'at any precarious delicacy is still faint-perhaps, but not a lie.
Oh, J.
A bubble of excitement t'at my heart feelest;
But if consented not, shall be the wound no blood couldst heal;
Ah, J, if the heavens' rainbow wert fallen, t'an thou'd be purer;
Born as a sin as us all humans, thou art cleaner to my heart still, and canst but love me much better.
Ah, J.
If only thou knew-how madness floweth and barketh and drinketh from our spheres,
But even th' devil cannot spill its curse on our strangled love;
At least until everything is deaf-and we duly cannot hear,
As skies descend onto th' sore earth; and our dumb sins are t' be sent above.

J.
How pivotal thou art to me-if only yon foliage couldst understand;
If only t'ose winds were not rivals, but one-or at least wanted to be friends.
Ah, J, even only thy words filled my comical ******* to th' brim;
And as far as heavens' angels canst hear, I am no more in love with him.
Ah, J.
'Tis cause my verses are seeking thy name, and his not;
I may create th' words, but thou deviseth my plots;
Ah, and him, the bulk of egotism, and whose frank misery;
Are but too disastrous to me, and in possession of too much agony.
Oh, J.
Thus thou art th' only one who remaineth solemn;
Th' one to remain ecstatic, and as less aggressive as calmness;
But of the broad thoughts I used to think of him, I feel shame;
He is just some unborn trepidation at night-though on fine mornings, he is tame.
Ah, J.
Let me disclose th' egress of thy journey, and tellest me now-is which towards mine?
Ah, thee, thou who art so bounty, and deliciously fine;
And t'ese thoughts of thee-are often tasty, and oft'times generous;
'Ven when thou'rt mad, and thy chanting is vigorously serious.
Ah, J.
Thee, a soul of painless blood;
Whose disgrace hath been buried;
Whose vanities hath been laid off;
Whose miracles hath been lavished on.
Ah, J.
Thou art one bright portrayal of my merit;
I fell'n love with thee in a single bit.
Thou bore my tears, and scorned away my guilt;
And in th' swaying summertime, thou wert my protective shield.
Thus my, my very own J.
My gale-like, and unutterably luscious poem;
About whom my thoughts are jolly, but mindful and insensible;
Ah, J, I wish I were more frail, paler, and gullible;
Ah, but if only being so couldst make me more compatible.
Oh, J.
And compatible, compatible with thee alone;
Fleshly be thine whenst all is borne on thy own;
Be thy only trusted companion, and thy eloquently verified wife;
Be thine, and thine in wifery only, throughout and for th' rest of thy life.
J.
All Let me then guess but the tranquility of thy thoughts-hath thou gone mad?
Behind us are rainbows, and thus thy songs should not be sad;
But even though they were sad, I wouldst lend thee my heart;
So t'at no summer sunshine couldst further tear us apart.
J.
Ah, J, why are th' blue skies far too impatient in thy eyes?
Just as how thy deep scent is febrile in my air;
Thy gushes of breath are thick in my young weather;
As buoyant as yon summer itself; as voluptuous as lingering daisies.
J.
And t'is ****** scream, within my heart, needs indeed-t' be fulfilled;
And its vulnerability t'ere always, to be killed;
Ah, J, t'ere is 'finitely no poem as beautiful as thee;
T'ere is no writing yet as such, as trivial and distant-as my eyes canst see.
J.
Ah, J, darling, and my very fine darling; is chastity to thee virtuous?
About which my soul is hungered-and t'ereby curious;
But if 'tis so, I shall be merry-and ever meekly laborious;
I shall make it tender, and maketh it a reliant gift, to thee.
J.
Ah, J, and thou came to me one aft'rnoon, with a sweet muteness;
For to thee, poems are far more pivotal to a young poetess;
Yes, and far prettier t'an a beastly bunch of words;
Whose curse is whose sweetness itself-and whose whole sweetness is curse.
J.
Ah, J, so shall I be thy pure lady t'en?
For purity is a curse-and related not within t'ese walls;
Walls of discomfort-irresolute and at certain times foreign still;
Walls t'at shun us-and be ours not, due to t'eir own reserved castigations.
J.
Oh, querida, my random rainbow-but still my dearest querida;
My poetry in th' morning, and th' baffling flute, for my evening sonata;
And as it is sounded, I shall be thy private lonely prelude;
But th' one who maketh thee singular, and nevertheless, handsomely proud.
Ah, J.
And thy perfect red lips are th' stillettos of the sun;
Critical but radiant-all too agonising in t'eir inevitable shape;
So t'at kissing might be just too much fun;
And from which, o my love, t'ere is no such a famous escape.

J.
Ah, J, thou knoweth not-I am asleep only within thy remembrance;
As how I am awake only in thy life, and partake of my justice, in thy glory.
Ah, J, but if satire were the only choice we had, shalt thou be with me?
Ah, my J, for be it so-I shall never regret anything, I shall never say sorry.

J.
Ah, wherefore art thou now, my love? I am now cursed. My dreams are mad.
I am now crawling out of whose realms; I wanteth but'a stay no more in my bed.
Ah, J, but in my dream thou wert too miles and miles away, and indolently anonymous;
I hatest sleep t'ereof, for t'ey piercest me so tiringly, with a harm they deemest as humorous.

J.
Ah, sweet darling, and in our dreams, t'ere is no strain, nor piety;
Even thou-in th' last one, despised my pyramids-and my chaste poetry;
Ah, querida, I am but afraid our loneliness shall be gone 'fore long;
For its temporariness is not sick, and canst work its way along, with a belief so strong.

J.
Ah, love, but t'is loveliness itself-is indeed tyrannous,
And its frigid poetry is randomly perilous,
As how th' daydreams it bringeth forth-which are luminous,
But as love is innocent, by one second canst all turn perilous!
J.
Ah, J, thus our story is brilliant, and in any volume real' magnificent,
With curves palatable, but with some greyness too fair-and too pleasant!
Ah, J, if passion dost exist, and thus maketh it all real;
And at once I shall understand thee; and listen only, to how we both feelest.

Ah, J.
My very, very own little J.
My dearest J.
The harbour of my ultimate love.
My most cordial, and serene spring of affection.
My most veritable nirvana, my vivid curiosity-and shades of frankness.
My dream at heart, and my sustainable ferocious haste.
Th' love in which my ever fear shall subside,
And be overwhelmed by its unfearing light.
J.
Oh, J, my glossy, exuberant darling.
And as more winds sway, and amongst the green grass outside,
I canst but feel thy eyes here watching;
Thy eyes t'at widely grinneth, and flirtest with my poetry itself;
Thy eyes t'at forever invitest, yet are all more daring than myself;
Ah, J, even though t'is love may be a secret scene,
But I hath felt, even vulnerably, not any provoking passion so keen-
For though they couldst my flowed veins hear,
They were still delicately unseen-with a serenity t'at was ne'er here.
I

Mets-toi sur ton séant, lève tes yeux, dérange
Ce drap glacé qui fait des plis sur ton front d'ange,
Ouvre tes mains, et prends ce livre : il est à toi.

Ce livre où vit mon âme, espoir, deuil, rêve, effroi,
Ce livre qui contient le spectre de ma vie,
Mes angoisses, mon aube, hélas ! de pleurs suivie,
L'ombre et son ouragan, la rose et son pistil,
Ce livre azuré, triste, orageux, d'où sort-il ?
D'où sort le blême éclair qui déchire la brume ?
Depuis quatre ans, j'habite un tourbillon d'écume ;
Ce livre en a jailli. Dieu dictait, j'écrivais ;
Car je suis paille au vent. Va ! dit l'esprit. Je vais.
Et, quand j'eus terminé ces pages, quand ce livre
Se mit à palpiter, à respirer, à vivre,
Une église des champs, que le lierre verdit,
Dont la tour sonne l'heure à mon néant, m'a dit :
Ton cantique est fini ; donne-le-moi, poëte.
- Je le réclame, a dit la forêt inquiète ;
Et le doux pré fleuri m'a dit : - Donne-le-moi.
La mer, en le voyant frémir, m'a dit : - Pourquoi
Ne pas me le jeter, puisque c'est une voile !
- C'est à moi qu'appartient cet hymne, a dit l'étoile.
- Donne-le-nous, songeur, ont crié les grands vents.
Et les oiseaux m'ont dit : - Vas-tu pas aux vivants
Offrir ce livre, éclos si **** de leurs querelles ?
Laisse-nous l'emporter dans nos nids sur nos ailes ! -
Mais le vent n'aura point mon livre, ô cieux profonds !
Ni la sauvage mer, livrée aux noirs typhons,
Ouvrant et refermant ses flots, âpres embûches ;
Ni la verte forêt qu'emplit un bruit de ruches ;
Ni l'église où le temps fait tourner son compas ;
Le pré ne l'aura pas, l'astre ne l'aura pas,
L'oiseau ne l'aura pas, qu'il soit aigle ou colombe,
Les nids ne l'auront pas ; je le donne à la tombe.

II

Autrefois, quand septembre en larmes revenait,
Je partais, je quittais tout ce qui me connaît,
Je m'évadais ; Paris s'effaçait ; rien, personne !
J'allais, je n'étais plus qu'une ombre qui frissonne,
Je fuyais, seul, sans voir, sans penser, sans parler,
Sachant bien que j'irais où je devais aller ;
Hélas ! je n'aurais pu même dire : Je souffre !
Et, comme subissant l'attraction d'un gouffre,
Que le chemin fût beau, pluvieux, froid, mauvais,
J'ignorais, je marchais devant moi, j'arrivais.
Ô souvenirs ! ô forme horrible des collines !
Et, pendant que la mère et la soeur, orphelines,
Pleuraient dans la maison, je cherchais le lieu noir
Avec l'avidité morne du désespoir ;
Puis j'allais au champ triste à côté de l'église ;
Tête nue, à pas lents, les cheveux dans la bise,
L'oeil aux cieux, j'approchais ; l'accablement soutient ;
Les arbres murmuraient : C'est le père qui vient !
Les ronces écartaient leurs branches desséchées ;
Je marchais à travers les humbles croix penchées,
Disant je ne sais quels doux et funèbres mots ;
Et je m'agenouillais au milieu des rameaux
Sur la pierre qu'on voit blanche dans la verdure.
Pourquoi donc dormais-tu d'une façon si dure
Que tu n'entendais pas lorsque je t'appelais ?

Et les pêcheurs passaient en traînant leurs filets,
Et disaient : Qu'est-ce donc que cet homme qui songe ?
Et le jour, et le soir, et l'ombre qui s'allonge,
Et Vénus, qui pour moi jadis étincela,
Tout avait disparu que j'étais encor là.
J'étais là, suppliant celui qui nous exauce ;
J'adorais, je laissais tomber sur cette fosse,
Hélas ! où j'avais vu s'évanouir mes cieux,
Tout mon coeur goutte à goutte en pleurs silencieux ;
J'effeuillais de la sauge et de la clématite ;
Je me la rappelais quand elle était petite,
Quand elle m'apportait des lys et des jasmins,
Ou quand elle prenait ma plume dans ses mains,
Gaie, et riant d'avoir de l'encre à ses doigts roses ;
Je respirais les fleurs sur cette cendre écloses,
Je fixais mon regard sur ces froids gazons verts,
Et par moments, ô Dieu, je voyais, à travers
La pierre du tombeau, comme une lueur d'âme !

Oui, jadis, quand cette heure en deuil qui me réclame
Tintait dans le ciel triste et dans mon coeur saignant,
Rien ne me retenait, et j'allais ; maintenant,
Hélas !... - Ô fleuve ! ô bois ! vallons dont je fus l'hôte,
Elle sait, n'est-ce pas ? que ce n'est pas ma faute
Si, depuis ces quatre ans, pauvre coeur sans flambeau,
Je ne suis pas allé prier sur son tombeau !

III

Ainsi, ce noir chemin que je faisais, ce marbre
Que je contemplais, pâle, adossé contre un arbre,
Ce tombeau sur lequel mes pieds pouvaient marcher,
La nuit, que je voyais lentement approcher,
Ces ifs, ce crépuscule avec ce cimetière,
Ces sanglots, qui du moins tombaient sur cette pierre,
Ô mon Dieu, tout cela, c'était donc du bonheur !

Dis, qu'as-tu fait pendant tout ce temps-là ? - Seigneur,
Qu'a-t-elle fait ? - Vois-tu la vie en vos demeures ?
A quelle horloge d'ombre as-tu compté les heures ?
As-tu sans bruit parfois poussé l'autre endormi ?
Et t'es-tu, m'attendant, réveillée à demi ?
T'es-tu, pâle, accoudée à l'obscure fenêtre
De l'infini, cherchant dans l'ombre à reconnaître
Un passant, à travers le noir cercueil mal joint,
Attentive, écoutant si tu n'entendais point
Quelqu'un marcher vers toi dans l'éternité sombre ?
Et t'es-tu recouchée ainsi qu'un mât qui sombre,
En disant : Qu'est-ce donc ? mon père ne vient pas !
Avez-vous tous les deux parlé de moi tout bas ?

Que de fois j'ai choisi, tout mouillés de rosée,
Des lys dans mon jardin, des lys dans ma pensée !
Que de fois j'ai cueilli de l'aubépine en fleur !
Que de fois j'ai, là-bas, cherché la tour d'Harfleur,
Murmurant : C'est demain que je pars ! et, stupide,
Je calculais le vent et la voile rapide,
Puis ma main s'ouvrait triste, et je disais : Tout fuit !
Et le bouquet tombait, sinistre, dans la nuit !
Oh ! que de fois, sentant qu'elle devait m'attendre,
J'ai pris ce que j'avais dans le coeur de plus tendre
Pour en charger quelqu'un qui passerait par là !

Lazare ouvrit les yeux quand Jésus l'appela ;
Quand je lui parle, hélas ! pourquoi les ferme-t-elle ?
Où serait donc le mal quand de l'ombre mortelle
L'amour violerait deux fois le noir secret,
Et quand, ce qu'un dieu fit, un père le ferait ?

IV

Que ce livre, du moins, obscur message, arrive,
Murmure, à ce silence, et, flot, à cette rive !
Qu'il y tombe, sanglot, soupir, larme d'amour !
Qu'il entre en ce sépulcre où sont entrés un jour
Le baiser, la jeunesse, et l'aube, et la rosée,
Et le rire adoré de la fraîche épousée,
Et la joie, et mon coeur, qui n'est pas ressorti !
Qu'il soit le cri d'espoir qui n'a jamais menti,
Le chant du deuil, la voix du pâle adieu qui pleure,
Le rêve dont on sent l'aile qui nous effleure !
Qu'elle dise : Quelqu'un est là ; j'entends du bruit !
Qu'il soit comme le pas de mon âme en sa nuit !

Ce livre, légion tournoyante et sans nombre
D'oiseaux blancs dans l'aurore et d'oiseaux noirs dans l'ombre,
Ce vol de souvenirs fuyant à l'horizon,
Cet essaim que je lâche au seuil de ma prison,
Je vous le confie, air, souffles, nuée, espace !
Que ce fauve océan qui me parle à voix basse,
Lui soit clément, l'épargne et le laisse passer !
Et que le vent ait soin de n'en rien disperser,
Et jusqu'au froid caveau fidèlement apporte
Ce don mystérieux de l'absent à la morte !

Ô Dieu ! puisqu'en effet, dans ces sombres feuillets,
Dans ces strophes qu'au fond de vos cieux je cueillais,
Dans ces chants murmurés comme un épithalame
Pendant que vous tourniez les pages de mon âme,
Puisque j'ai, dans ce livre, enregistré mes jours,
Mes maux, mes deuils, mes cris dans les problèmes sourds,
Mes amours, mes travaux, ma vie heure par heure ;
Puisque vous ne voulez pas encor que je meure,
Et qu'il faut bien pourtant que j'aille lui parler ;
Puisque je sens le vent de l'infini souffler
Sur ce livre qu'emplit l'orage et le mystère ;
Puisque j'ai versé là toutes vos ombres, terre,
Humanité, douleur, dont je suis le passant ;
Puisque de mon esprit, de mon coeur, de mon sang,
J'ai fait l'âcre parfum de ces versets funèbres,
Va-t'en, livre, à l'azur, à travers les ténèbres !
Fuis vers la brume où tout à pas lents est conduit !
Oui, qu'il vole à la fosse, à la tombe, à la nuit,
Comme une feuille d'arbre ou comme une âme d'homme !
Qu'il roule au gouffre où va tout ce que la voix nomme !
Qu'il tombe au plus profond du sépulcre hagard,
A côté d'elle, ô mort ! et que là, le regard,
Près de l'ange qui dort, lumineux et sublime,
Le voie épanoui, sombre fleur de l'abîme !

V

Ô doux commencements d'azur qui me trompiez,
Ô bonheurs ! je vous ai durement expiés !
J'ai le droit aujourd'hui d'être, quand la nuit tombe,
Un de ceux qui se font écouter de la tombe,
Et qui font, en parlant aux morts blêmes et seuls,
Remuer lentement les plis noirs des linceuls,
Et dont la parole, âpre ou tendre, émeut les pierres,
Les grains dans les sillons, les ombres dans les bières,
La vague et la nuée, et devient une voix
De la nature, ainsi que la rumeur des bois.
Car voilà, n'est-ce pas, tombeaux ? bien des années,
Que je marche au milieu des croix infortunées,
Échevelé parmi les ifs et les cyprès,
L'âme au bord de la nuit, et m'approchant tout près,
Et que je vais, courbé sur le cercueil austère,
Questionnant le plomb, les clous, le ver de terre
Qui pour moi sort des yeux de la tête de mort,
Le squelette qui rit, le squelette qui mord,
Les mains aux doigts noueux, les crânes, les poussières,
Et les os des genoux qui savent des prières !

Hélas ! j'ai fouillé tout. J'ai voulu voir le fond.
Pourquoi le mal en nous avec le bien se fond,
J'ai voulu le savoir. J'ai dit : Que faut-il croire ?
J'ai creusé la lumière, et l'aurore, et la gloire,
L'enfant joyeux, la vierge et sa chaste frayeur,
Et l'amour, et la vie, et l'âme, - fossoyeur.

Qu'ai-je appris ? J'ai, pensif , tout saisi sans rien prendre ;
J'ai vu beaucoup de nuit et fait beaucoup de cendre.
Qui sommes-nous ? que veut dire ce mot : Toujours ?
J'ai tout enseveli, songes, espoirs, amours,
Dans la fosse que j'ai creusée en ma poitrine.
Qui donc a la science ? où donc est la doctrine ?
Oh ! que ne suis-je encor le rêveur d'autrefois,
Qui s'égarait dans l'herbe, et les prés, et les bois,
Qui marchait souriant, le soir, quand le ciel brille,
Tenant la main petite et blanche de sa fille,
Et qui, joyeux, laissant luire le firmament,
Laissant l'enfant parler, se sentait lentement
Emplir de cet azur et de cette innocence !

Entre Dieu qui flamboie et l'ange qui l'encense,
J'ai vécu, j'ai lutté, sans crainte, sans remord.
Puis ma porte soudain s'ouvrit devant la mort,
Cette visite brusque et terrible de l'ombre.
Tu passes en laissant le vide et le décombre,
Ô spectre ! tu saisis mon ange et tu frappas.
Un tombeau fut dès lors le but de tous mes pas.

VI

Je ne puis plus reprendre aujourd'hui dans la plaine
Mon sentier d'autrefois qui descend vers la Seine ;
Je ne puis plus aller où j'allais ; je ne puis,
Pareil à la laveuse assise au bord du puits,
Que m'accouder au mur de l'éternel abîme ;
Paris m'est éclipsé par l'énorme Solime ;
La hauteNotre-Dame à présent, qui me luit,
C'est l'ombre ayant deux tours, le silence et la nuit,
Et laissant des clartés trouer ses fatals voiles ;
Et je vois sur mon front un panthéon d'étoiles ;
Si j'appelle Rouen, Villequier, Caudebec,
Toute l'ombre me crie : Horeb, Cédron, Balbeck !
Et, si je pars, m'arrête à la première lieue,
Et me dit: Tourne-toi vers l'immensité bleue !
Et me dit : Les chemins où tu marchais sont clos.
Penche-toi sur les nuits, sur les vents, sur les flots !
A quoi penses-tu donc ? que fais-tu, solitaire ?
Crois-tu donc sous tes pieds avoir encor la terre ?
Où vas-tu de la sorte et machinalement ?
Ô songeur ! penche-toi sur l'être et l'élément !
Écoute la rumeur des âmes dans les ondes !
Contemple, s'il te faut de la cendre, les mondes ;
Cherche au moins la poussière immense, si tu veux
Mêler de la poussière à tes sombres cheveux,
Et regarde, en dehors de ton propre martyre,
Le grand néant, si c'est le néant qui t'attire !
Sois tout à ces soleils où tu remonteras !
Laisse là ton vil coin de terre. Tends les bras,
Ô proscrit de l'azur, vers les astres patries !
Revois-y refleurir tes aurores flétries ;
Deviens le grand oeil fixe ouvert sur le grand tout.
Penche-toi sur l'énigme où l'être se dissout,
Sur tout ce qui naît, vit, marche, s'éteint, succombe,
Sur tout le genre humain et sur toute la tombe !

Mais mon coeur toujours saigne et du même côté.
C'est en vain que les cieux, les nuits, l'éternité,
Veulent distraire une âme et calmer un atome.
Tout l'éblouissement des lumières du dôme
M'ôte-t-il une larme ? Ah ! l'étendue a beau
Me parler, me montrer l'universel tombeau,
Les soirs sereins, les bois rêveurs, la lune amie ;
J'écoute, et je reviens à la douce endormie.

VII

Des fleurs ! oh ! si j'avais des fleurs ! si je pouvais
Aller semer des lys sur ces deux froids chevets !
Si je pouvais couvrir de fleurs mon ange pâle !
Les fleurs sont l'or, l'azur, l'émeraude, l'opale !
Le cercueil au milieu des fleurs veut se coucher ;
Les fleurs aiment la mort, et Dieu les fait toucher
Par leur racine aux os, par leur parfum aux âmes !
Puisque je ne le puis, aux lieux que nous aimâmes,
Puisque Dieu ne veut pas nous laisser revenir,
Puisqu'il nous fait lâcher ce qu'on croyait tenir,
Puisque le froid destin, dans ma geôle profonde,
Sur la première porte en scelle une seconde,
Et, sur le père triste et sur l'enfant qui dort,
Ferme l'exil après avoir fermé la mort,
Puisqu'il est impossible à présent que je jette
Même un brin de bruyère à sa fosse muette,
C'est bien le moins qu'elle ait mon âme, n'est-ce pas ?
Ô vent noir dont j'entends sur mon plafond le pas !
Tempête, hiver, qui bats ma vitre de ta grêle !
Mers, nuits ! et je l'ai mise en ce livre pour elle !

Prends ce livre ; et dis-toi : Ceci vient du vivant
Que nous avons laissé derrière nous, rêvant.
Prends. Et, quoique de ****, reconnais ma voix, âme !
Oh ! ta cendre est le lit de mon reste de flamme ;
Ta tombe est mon espoir, ma charité, ma foi ;
Ton linceul toujours flotte entre la vie et moi.
Prends ce livre, et fais-en sortir un divin psaume !
Qu'entre tes vagues mains il devienne fantôme !
Qu'il blanchisse, pareil à l'aube qui pâlit,
A mesure que l'oeil de mon ange le lit,
Et qu'il s'évanouisse, et flotte, et disparaisse,
Ainsi qu'un âtre obscur qu'un souffle errant caresse,
Ainsi qu'une lueur qu'on voit passer le soir,
Ainsi qu'un tourbillon de feu de l'encensoir,
Et que, sous ton regard éblouissant et sombre,
Chaque page s'en aille en étoiles dans l'ombre !

VIII

Oh ! quoi que nous fassions et quoi que nous disions,
Soit que notre âme plane au vent des visions,
Soit qu'elle se cramponne à l'argile natale,
Toujours nous arrivons à ta grotte fatale,
Gethsémani ! qu'éclaire une vague lueur !
Ô rocher de l'étrange et funèbre sueur !
Cave où l'esprit combat le destin ! ouverture
Sur les profonds effrois de la sombre nature !
Antre d'où le lion sort rêveur, en voyant
Quelqu'un de plus sinistre et de plus effrayant,
La douleur, entrer, pâle, amère, échevelée !
Ô chute ! asile ! ô seuil de la trouble vallée
D'où nous apercevons nos ans fuyants et courts,
Nos propres pas marqués dans la fange des jours,
L'échelle où le mal pèse et monte, spectre louche,
L'âpre frémissement de la palme farouche,
Les degrés noirs tirant en bas les blancs degrés,
Et les frissons aux fronts des anges effarés !

Toujours nous arrivons à cette solitude,
Et, là, nous nous taisons, sentant la plénitude !

Paix à l'ombre ! Dormez ! dormez ! dormez ! dormez !
Êtres, groupes confus lentement transformés !
Dormez, les champs ! dormez, les fleurs ! dormez, les tombes !
Toits, murs, seuils des maisons, pierres des catacombes,
Feuilles au fond des bois, plumes au fond des nids,
Dormez ! dormez, brins d'herbe, et dormez, infinis !
Calmez-vous, forêt, chêne, érable, frêne, yeuse !
Silence sur la grande horreur religieuse,
Sur l'océan qui lutte et qui ronge son mors,
Et sur l'apaisement insondable des morts !
Paix à l'obscurité muette et redoutée,
Paix au doute effrayant, à l'immense ombre athée,
A toi, nature, cercle et centre, âme et milieu,
Fourmillement de tout, solitude de Dieu !
Ô générations aux brumeuses haleines,
Reposez-vous ! pas noirs qui marchez dans les plaines !
Dormez, vous qui saignez ; dormez, vous qui pleurez !
Douleurs, douleurs, douleurs, fermez vos yeux sacrés !
Tout est religio
Nigel Morgan Oct 2012
There was a moment when he knew he had to make a decision.

He had left London that February evening on the ****** Velo Train to the South West. As the two hour journey got underway darkness had descended quickly; it was soon only his reflected face he could see in the window. He’d been rehearsing most of the afternoon so it was only now he could take out the manuscript book, its pages full of working notes on the piece he was to play the following afternoon. His I-Mind implant could have stored these but he chose to circumvent this thought-transcribing technology; there was still the physical trace on the cream-coloured paper with his mother’s propelling pencil that forever conjured up his journey from the teenage composer to the jazz musician he now was. This thought surrounded him with a certain warmth on this Friday evening train full of those returning to their country homes and distant families.

It was a difficulty he had sensed from the moment he perceived a distant gap in the flow of information streaming onto the mind page

At the outset the Mind Notation project had seemed harmless, playful in fact. He allowed himself to enter into the early experiments because he knew and trusted the research team. He got paid handsomely for his time, and later for his performance work.  It was a valuable complement to his ill-paid day-to-day work as a jazz pianist constantly touring the clubs, making occasional festival appearances with is quintet, hawking his recordings around small labels, and always ‘being available’. Mind Notation was something quite outside that traditional scene. In short periods it would have a relentless intensity about it, but it was hard to dismiss because he soon realised he had been hard-wired to different persona. Over a period of several years he was now dealing with four separate I-Mind folders, four distinct musical identities.

Tomorrow he would pull out the latest manifestation of a composer whose creative mind he had known for 10 years, playing the experimental edge of his music whilst still at college. There had been others since, but J was different, and so consistent. J never interfered; there were never decisive interventions, only an explicit confidence in his ability to interpret J’s music. There had been occasional discussion, but always loose; over coffee, a walk to a restaurant; never in the lab or at rehearsals.

In performance (and particularly when J was present) J’s own mind-thought was so rich, so wide-ranging it could have been drug-induced. Every musical inference was surrounded by such intensity and power he had had to learn to ride on it as he imagined a surfer would ride on a powerful wave. She was always there - embedded in everything J seemed to think about, everything J projected. He wondered how J could live with what seemed to him to be an obsession. Perhaps this was love, and so what he played was love like a wilderness river flowing endlessly across the mind-page.

J seemed careful when he was with her. J tried hard not to let his attentiveness, this gaze of love, allow others to enter the public folders of his I-Mind space (so full of images of her and the sounds of her light, entrancing voice). But he knew, he knew when he glanced at them together in darkened concert halls, her hand on J’s left arm stroking, gently stroking, that J’s most brilliant and affecting music flowed from this source.

He could feel the pattern of his breathing change, he shifted himself in his chair, the keyboard swam under his gaze, he was playing fast and light, playing arpeggios like falling water, a waterfall of notes, cascades of extended tonalities falling into the darkness beyond his left hand, but there it was, in twenty seconds he would have to*

It had begun quite accidentally with a lab experiment. J had for some years been researching the telematics of composing and performing by encapsulating the physical musical score onto a computer screen. The ‘moist media’ of telematics offered the performer different views of a composition, and not just the end result but the journey taken to obtain that result. From there to an interest in neuroscience had been a small step. J persuaded him to visit the lab to experience playing a duet with his own brain waves.

Wearing a sensor cap he had allowed his brainwaves to be transmitted through a BCMI to a synthesiser – as he played the piano. After a few hours he realised he could control the resultant sounds. In fact, he could control them very well. He had played with computer interaction before, but there was always a preparatory stage, hours of designing and programming, then the inevitable critical feedback of the recording or glitch in performance. He soon realised he had no patience for it and so relied on a programmer, a sonic artist as assistant, as collaborator when circumstances required it.

When J’s colleagues developed an ‘app’ for the I-Mind it meant he could receive J’s instant thoughts, but thoughts translated into virtual ‘active’ music notation, a notation that flowed across the screen of his inner eye. It was astonishing; more astonishing because J didn’t have to be physically there for it to happen: he could record I-Mind files of his thought compositions.

The reference pre-score at the top of the mind page was gradually enlarging to a point where pitches were just visible and this gap, a gap with no stave, a gap of silence, a gap with no action, a gap with repeat signs was probably 30 seconds away

In the early days (was it really just 10 years ago?) the music was delivered to him embedded in a network of experiences, locations, spiritual and philosophical ideas. J had found ways to extend the idea of the notated score to allow the performer to explore the very thoughts and techniques that made each piece – usually complete hidden from the performer. He would assemble groups of miniatures lasting no more than a couple of minutes each, each miniature carrying, as J had once told him, ‘one thought and one thought only’.  But this description only referred to the musical material because each piece was loaded with a web of associations. From the outset the music employed scales and tonalities so far away from the conventions of jazz that when he played and then extended the pieces it seemed like he was visiting a different universe; though surprisingly he had little trouble working these new and different patterns of pitches into his fingers. It was uncanny the ‘fit’.

Along with the music there was always rich, often startling images she conjured up for J’s compositions. At the beginning of their association J initiated these. He had been long been seeking ways to integrate the visual image with musical discourse. After toying with the idea of devising his own images for music he conceived the notion of computer animation of textile layers. J had discovered and then encouraged the work and vision of a young woman on the brink of what was to become recognised as a major talent. When he could he supported her artistically, revelling in the keenness of her observation of the natural world and her ability to complement what J conceived. He became her lover and she his muse; he remodelled his life and his work around her, her life and her work.

When performing the most complex of music it always seemed to him that the relative time of music and the clock time of reality met in strange conjunctions of stasis. Quite suddenly clock time became suspended and musical time enveloped reality. He found he could be thinking something quite differently from what he was playing.

Further projects followed, and as they did he realised a change had begun to occur in J’s creative rationale. He seemed to adopt different personae. Outwardly he was J. Inside his musical thought he began to invent other composers, musical avatars, complete minds with different musical and personal histories that he imagined making new work.

J had manipulated him into working on a new project that had appeared to be by a composer completely unknown to him. L was Canadian, a composer who had conceived a score that adhered to the DOGME movie production manifesto, but translated into music. The composition, the visuals, the text, the technological environment and the performance had to be conceived in realtime and in one location. A live performance meant a live ‘making’, and this meant he became involved in all aspects of the production. It became a popular and celebrated festival event with each production captured in its entirety and presented in multi-dimensional strands on the web. The viewer / listener became an editor able to move between the simultaneous creative activity, weaving his or her own ‘cut’ like some art house computer game. L never appeared in person at these ‘remakings’, but via a computer link. It was only after half a dozen performances that the thought entered his mind that L was possibly not a 24-year-old woman from Toronto complete with a lively Facebook persona.

Then, with the I-Mind, he woke up to the fact that J had already prepared musical scenarios that could take immediate advantage of this technology. A BBC Promenade Concert commission for a work for piano and orchestra provided an opportunity. J somehow persuaded Tom Service the Proms supremo to programme this new work as a collaborative composition by a team created specially for the premiere. J hid inside this team and devised a fresh persona. He also hid his new I-Mind technology from public view. The orchestra was to be self-directed but featured section leaders who, as established colleagues of J’s had already experienced his work and, sworn to secrecy, agreed to the I-Mind implant.

After the premiere there were rumours about how the extraordinary synchronicities in the play of musical sections had been achieved and there was much critical debate. J immediately withdrew the score to the BBC’s consternation. A minion in the contracts department had a most uncomfortable meeting with Mr Service and the Controller of Radio 3.

With the end of this phrase he would hit the gap  . . . what was he to do? Simply lift his hands from the keyboard? Wait for some sign from the I-Mind system to intervene? His audience might applaud thinking the piece finished? Would the immersive visuals with its  18.1 Surround Sound continue on the five screens or simply disappear?

His hands left the keyboard. The screens went white except for the two repeats signs in red facing one another. Then in the blank bar letter-by-letter this short text appeared . . .


Here Silence gathers
thoughts of you

Letters shall never
spell your grace

No melody could
describe your face

No rhythm dance
the way you move

Only Silence can
express my love

ever yours ever
yours ever yours



He then realised what the date was . . . and slowly let his hands fall to his lap.
Le poète.

Du temps que j'étais écolier,
Je restais un soir à veiller
Dans notre salle solitaire.
Devant ma table vint s'asseoir
Un pauvre enfant vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Son visage était triste et beau :
À la lueur de mon flambeau,
Dans mon livre ouvert il vint lire.
Il pencha son front sur sa main,
Et resta jusqu'au lendemain,
Pensif, avec un doux sourire.

Comme j'allais avoir quinze ans
Je marchais un jour, à pas lents,
Dans un bois, sur une bruyère.
Au pied d'un arbre vint s'asseoir
Un jeune homme vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Je lui demandai mon chemin ;
Il tenait un luth d'une main,
De l'autre un bouquet d'églantine.
Il me fit un salut d'ami,
Et, se détournant à demi,
Me montra du doigt la colline.

À l'âge où l'on croit à l'amour,
J'étais seul dans ma chambre un jour,
Pleurant ma première misère.
Au coin de mon feu vint s'asseoir
Un étranger vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Il était morne et soucieux ;
D'une main il montrait les cieux,
Et de l'autre il tenait un glaive.
De ma peine il semblait souffrir,
Mais il ne poussa qu'un soupir,
Et s'évanouit comme un rêve.

À l'âge où l'on est libertin,
Pour boire un toast en un festin,
Un jour je soulevais mon verre.
En face de moi vint s'asseoir
Un convive vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Il secouait sous son manteau
Un haillon de pourpre en lambeau,
Sur sa tête un myrte stérile.
Son bras maigre cherchait le mien,
Et mon verre, en touchant le sien,
Se brisa dans ma main débile.

Un an après, il était nuit ;
J'étais à genoux près du lit
Où venait de mourir mon père.
Au chevet du lit vint s'asseoir
Un orphelin vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Ses yeux étaient noyés de pleurs ;
Comme les anges de douleurs,
Il était couronné d'épine ;
Son luth à terre était gisant,
Sa pourpre de couleur de sang,
Et son glaive dans sa poitrine.

Je m'en suis si bien souvenu,
Que je l'ai toujours reconnu
À tous les instants de ma vie.
C'est une étrange vision,
Et cependant, ange ou démon,
J'ai vu partout cette ombre amie.

Lorsque plus ****, las de souffrir,
Pour renaître ou pour en finir,
J'ai voulu m'exiler de France ;
Lorsqu'impatient de marcher,
J'ai voulu partir, et chercher
Les vestiges d'une espérance ;

À Pise, au pied de l'Apennin ;
À Cologne, en face du Rhin ;
À Nice, au penchant des vallées ;
À Florence, au fond des palais ;
À Brigues, dans les vieux chalets ;
Au sein des Alpes désolées ;

À Gênes, sous les citronniers ;
À Vevey, sous les verts pommiers ;
Au Havre, devant l'Atlantique ;
À Venise, à l'affreux Lido,
Où vient sur l'herbe d'un tombeau
Mourir la pâle Adriatique ;

Partout où, sous ces vastes cieux,
J'ai lassé mon cœur et mes yeux,
Saignant d'une éternelle plaie ;
Partout où le boiteux Ennui,
Traînant ma fatigue après lui,
M'a promené sur une claie ;

Partout où, sans cesse altéré
De la soif d'un monde ignoré,
J'ai suivi l'ombre de mes songes ;
Partout où, sans avoir vécu,
J'ai revu ce que j'avais vu,
La face humaine et ses mensonges ;

Partout où, le long des chemins,
J'ai posé mon front dans mes mains,
Et sangloté comme une femme ;
Partout où j'ai, comme un mouton,
Qui laisse sa laine au buisson,
Senti se dénuder mon âme ;

Partout où j'ai voulu dormir,
Partout où j'ai voulu mourir,
Partout où j'ai touché la terre,
Sur ma route est venu s'asseoir
Un malheureux vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Qui donc es-tu, toi que dans cette vie
Je vois toujours sur mon chemin ?
Je ne puis croire, à ta mélancolie,
Que tu sois mon mauvais Destin.
Ton doux sourire a trop de patience,
Tes larmes ont trop de pitié.
En te voyant, j'aime la Providence.
Ta douleur même est sœur de ma souffrance ;
Elle ressemble à l'Amitié.

Qui donc es-tu ? - Tu n'es pas mon bon ange,
Jamais tu ne viens m'avertir.
Tu vois mes maux (c'est une chose étrange !)
Et tu me regardes souffrir.
Depuis vingt ans tu marches dans ma voie,
Et je ne saurais t'appeler.
Qui donc es-tu, si c'est Dieu qui t'envoie ?
Tu me souris sans partager ma joie,
Tu me plains sans me consoler !

Ce soir encor je t'ai vu m'apparaître.
C'était par une triste nuit.
L'aile des vents battait à ma fenêtre ;
J'étais seul, courbé sur mon lit.
J'y regardais une place chérie,
Tiède encor d'un baiser brûlant ;
Et je songeais comme la femme oublie,
Et je sentais un lambeau de ma vie
Qui se déchirait lentement.

Je rassemblais des lettres de la veille,
Des cheveux, des débris d'amour.

Tout ce passé me criait à l'oreille
Ses éternels serments d'un jour.
Je contemplais ces reliques sacrées,
Qui me faisaient trembler la main :
Larmes du cœur par le cœur dévorées,
Et que les yeux qui les avaient pleurées
Ne reconnaîtront plus demain !

J'enveloppais dans un morceau de bure
Ces ruines des jours heureux.
Je me disais qu'ici-bas ce qui dure,
C'est une mèche de cheveux.
Comme un plongeur dans une mer profonde,
Je me perdais dans tant d'oubli.
De tous côtés j'y retournais la sonde,
Et je pleurais, seul, **** des yeux du monde,
Mon pauvre amour enseveli.

J'allais poser le sceau de cire noire
Sur ce fragile et cher trésor.
J'allais le rendre, et, n'y pouvant pas croire,
En pleurant j'en doutais encor.
Ah ! faible femme, orgueilleuse insensée,
Malgré toi, tu t'en souviendras !
Pourquoi, grand Dieu ! mentir à sa pensée ?
Pourquoi ces pleurs, cette gorge oppressée,
Ces sanglots, si tu n'aimais pas ?

Oui, tu languis, tu souffres, et tu pleures ;
Mais ta chimère est entre nous.
Eh bien ! adieu ! Vous compterez les heures
Qui me sépareront de vous.
Partez, partez, et dans ce cœur de glace
Emportez l'orgueil satisfait.
Je sens encor le mien jeune et vivace,
Et bien des maux pourront y trouver place
Sur le mal que vous m'avez fait.

Partez, partez ! la Nature immortelle
N'a pas tout voulu vous donner.
Ah ! pauvre enfant, qui voulez être belle,
Et ne savez pas pardonner !
Allez, allez, suivez la destinée ;
Qui vous perd n'a pas tout perdu.
Jetez au vent notre amour consumée ; -
Eternel Dieu ! toi que j'ai tant aimée,
Si tu pars, pourquoi m'aimes-tu ?

Mais tout à coup j'ai vu dans la nuit sombre
Une forme glisser sans bruit.
Sur mon rideau j'ai vu passer une ombre ;
Elle vient s'asseoir sur mon lit.
Qui donc es-tu, morne et pâle visage,
Sombre portrait vêtu de noir ?
Que me veux-tu, triste oiseau de passage ?
Est-ce un vain rêve ? est-ce ma propre image
Que j'aperçois dans ce miroir ?

Qui donc es-tu, spectre de ma jeunesse,
Pèlerin que rien n'a lassé ?
Dis-moi pourquoi je te trouve sans cesse
Assis dans l'ombre où j'ai passé.
Qui donc es-tu, visiteur solitaire,
Hôte assidu de mes douleurs ?
Qu'as-tu donc fait pour me suivre sur terre ?
Qui donc es-tu, qui donc es-tu, mon frère,
Qui n'apparais qu'au jour des pleurs ?

La vision.

- Ami, notre père est le tien.
Je ne suis ni l'ange gardien,
Ni le mauvais destin des hommes.
Ceux que j'aime, je ne sais pas
De quel côté s'en vont leurs pas
Sur ce peu de fange où nous sommes.

Je ne suis ni dieu ni démon,
Et tu m'as nommé par mon nom
Quand tu m'as appelé ton frère ;
Où tu vas, j'y serai toujours,
Jusques au dernier de tes jours,
Où j'irai m'asseoir sur ta pierre.

Le ciel m'a confié ton cœur.
Quand tu seras dans la douleur,
Viens à moi sans inquiétude.
Je te suivrai sur le chemin ;
Mais je ne puis toucher ta main,
Ami, je suis la Solitude.
Donc, c'est moi qui suis l'ogre et le bouc émissaire.
Dans ce chaos du siècle où votre coeur se serre,
J'ai foulé le bon goût et l'ancien vers françois
Sous mes pieds, et, hideux, j'ai dit à l'ombre : « Sois ! »
Et l'ombre fut. -- Voilà votre réquisitoire.
Langue, tragédie, art, dogmes, conservatoire,
Toute cette clarté s'est éteinte, et je suis
Le responsable, et j'ai vidé l'urne des nuits.
De la chute de tout je suis la pioche inepte ;
C'est votre point de vue. Eh bien, soit, je l'accepte ;
C'est moi que votre prose en colère a choisi ;
Vous me criez : « Racca » ; moi je vous dis : « Merci ! »
Cette marche du temps, qui ne sort d'une église
Que pour entrer dans l'autre, et qui se civilise ;
Ces grandes questions d'art et de liberté,
Voyons-les, j'y consens, par le moindre côté,
Et par le petit bout de la lorgnette. En somme,
J'en conviens, oui, je suis cet abominable homme ;
Et, quoique, en vérité, je pense avoir commis,
D'autres crimes encor que vous avez omis.
Avoir un peu touché les questions obscures,
Avoir sondé les maux, avoir cherché les cures,
De la vieille ânerie insulté les vieux bâts,
Secoué le passé du haut jusques en bas,
Et saccagé le fond tout autant que la forme.
Je me borne à ceci : je suis ce monstre énorme,
Je suis le démagogue horrible et débordé,
Et le dévastateur du vieil A B C D ;
Causons.

Quand je sortis du collège, du thème,
Des vers latins, farouche, espèce d'enfant blême
Et grave, au front penchant, aux membres appauvris ;
Quand, tâchant de comprendre et de juger, j'ouvris
Les yeux sur la nature et sur l'art, l'idiome,
Peuple et noblesse, était l'image du royaume ;
La poésie était la monarchie ; un mot
Était un duc et pair, ou n'était qu'un grimaud ;
Les syllabes, pas plus que Paris et que Londres,
Ne se mêlaient ; ainsi marchent sans se confondre
Piétons et cavaliers traversant le pont Neuf ;
La langue était l'état avant quatre-vingt-neuf ;
Les mots, bien ou mal nés, vivaient parqués en castes :
Les uns, nobles, hantant les Phèdres, les Jocastes,
Les Méropes, ayant le décorum pour loi,
Et montant à Versailles aux carrosses du roi ;
Les autres, tas de gueux, drôles patibulaires,
Habitant les patois ; quelques-uns aux galères
Dans l'argot ; dévoués à tous les genres bas,
Déchirés en haillons dans les halles ; sans bas,
Sans perruque ; créés pour la prose et la farce ;
Populace du style au fond de l'ombre éparse ;
Vilains, rustres, croquants, que Vaugelas leur chef
Dans le bagne Lexique avait marqué d'une F ;
N'exprimant que la vie abjecte et familière,
Vils, dégradés, flétris, bourgeois, bons pour Molière.
Racine regardait ces marauds de travers ;
Si Corneille en trouvait un blotti dans son vers,
Il le gardait, trop grand pour dire : « Qu'il s'en aille ;  »
Et Voltaire criait :  « Corneille s'encanaille ! »
Le bonhomme Corneille, humble, se tenait coi.
Alors, brigand, je vins ; je m'écriai :  « Pourquoi
Ceux-ci toujours devant, ceux-là toujours derrière ? »
Et sur l'Académie, aïeule et douairière,
Cachant sous ses jupons les tropes effarés,
Et sur les bataillons d'alexandrins carrés,

Je fis souffler un vent révolutionnaire.
Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire.
Plus de mot sénateur ! plus de mot roturier !
Je fis une tempête au fond de l'encrier,
Et je mêlai, parmi les ombres débordées,
Au peuple noir des mots l'essaim blanc des idées ;
Et je dis :  « Pas de mot où l'idée au vol pur
Ne puisse se poser, tout humide d'azur ! »
Discours affreux ! -- Syllepse, hypallage, litote,
Frémirent ; je montai sur la borne Aristote,
Et déclarai les mots égaux, libres, majeurs.
Tous les envahisseurs et tous les ravageurs,
Tous ces tigres, les Huns les Scythes et les Daces,
N'étaient que des toutous auprès de mes audaces ;
Je bondis hors du cercle et brisai le compas.
Je nommai le cochon par son nom ; pourquoi pas ?
Guichardin a nommé le Borgia ! Tacite
Le Vitellius ! Fauve, implacable, explicite,
J'ôtai du cou du chien stupéfait son collier
D'épithètes ; dans l'herbe, à l'ombre du hallier,
Je fis fraterniser la vache et la génisse,
L'une étant Margoton et l'autre Bérénice.
Alors, l'ode, embrassant Rabelais, s'enivra ;
Sur le sommet du Pinde on dansait Ça ira ;
Les neuf muses, seins nus, chantaient la Carmagnole ;
L'emphase frissonna dans sa fraise espagnole ;
Jean, l'ânier, épousa la bergère Myrtil.
On entendit un roi dire : « Quelle heure est-il ? »
Je massacrais l'albâtre, et la neige, et l'ivoire,
Je retirai le jais de la prunelle noire,
Et j'osai dire au bras : « Sois blanc, tout simplement. »
Je violai du vers le cadavre fumant ;
J'y fis entrer le chiffre ; ô terreur! Mithridate
Du siège de Cyzique eût pu citer la date.
Jours d'effroi ! les Laïs devinrent des catins.
Force mots, par Restaut peignés tous les matins,

Et de Louis-Quatorze ayant gardé l'allure,
Portaient encor perruque ; à cette chevelure
La Révolution, du haut de son beffroi,
Cria : « Transforme-toi ! c'est l'heure. Remplis-toi
- De l'âme de ces mots que tu tiens prisonnière ! »
Et la perruque alors rugit, et fut crinière.
Liberté ! c'est ainsi qu'en nos rébellions,
Avec des épagneuls nous fîmes des lions,
Et que, sous l'ouragan maudit que nous soufflâmes,
Toutes sortes de mots se couvrirent de flammes.
J'affichai sur Lhomond des proclamations.
On y lisait : « Il faut que nous en finissions !
- Au panier les Bouhours, les Batteux, les Brossettes
- A la pensée humaine ils ont mis les poucettes.
- Aux armes, prose et vers ! formez vos bataillons !
- Voyez où l'on en est : la strophe a des bâillons !
- L'ode a des fers aux pieds, le drame est en cellule.
- Sur le Racine mort le Campistron pullule ! »
Boileau grinça des dents ; je lui dis :  « Ci-devant,
Silence ! » et je criai dans la foudre et le vent :
« Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! »
Et tout quatre-vingt-treize éclata. Sur leur axe,
On vit trembler l'athos, l'ithos et le pathos.
Les matassins, lâchant Pourceaugnac et Cathos,
Poursuivant Dumarsais dans leur hideux bastringue,
Des ondes du Permesse emplirent leur seringue.
La syllabe, enjambant la loi qui la tria,
Le substantif manant, le verbe paria,
Accoururent. On but l'horreur jusqu'à la lie.
On les vit déterrer le songe d'Athalie ;
Ils jetèrent au vent les cendres du récit
De Théramène ; et l'astre Institut s'obscurcit.
Oui, de l'ancien régime ils ont fait tables rases,
Et j'ai battu des mains, buveur du sang des phrases,
Quand j'ai vu par la strophe écumante et disant
Les choses dans un style énorme et rugissant,
L'Art poétique pris au collet dans la rue,
Et quand j'ai vu, parmi la foule qui se rue,
Pendre, par tous les mots que le bon goût proscrit,
La lettre aristocrate à la lanterne esprit.
Oui, je suis ce Danton ! je suis ce Robespierre !
J'ai, contre le mot noble à la longue rapière,
Insurgé le vocable ignoble, son valet,
Et j'ai, sur Dangeau mort, égorgé Richelet.
Oui, c'est vrai, ce sont là quelques-uns de mes crimes.
J'ai pris et démoli la bastille des rimes.
J'ai fait plus : j'ai brisé tous les carcans de fer
Qui liaient le mot peuple, et tiré de l'enfer
Tous les vieux mots damnés, légions sépulcrales ;
J'ai de la périphrase écrasé les spirales,
Et mêlé, confondu, nivelé sous le ciel
L'alphabet, sombre tour qui naquit de Babel ;
Et je n'ignorais pas que la main courroucée
Qui délivre le mot, délivre la pensée.

L'unité, des efforts de l'homme est l'attribut.
Tout est la même flèche et frappe au même but.

Donc, j'en conviens, voilà, déduits en style honnête,
Plusieurs de mes forfaits, et j'apporte ma tête.
Vous devez être vieux, par conséquent, papa,
Pour la dixième fois j'en fais meâ culpâ.
Oui, si Beauzée est dieu, c'est vrai, je suis athée.
La langue était en ordre, auguste, époussetée,
Fleur-de-lys d'or, Tristan et Boileau, plafond bleu,
Les quarante fauteuils et le trône au milieu ;
Je l'ai troublée, et j'ai, dans ce salon illustre,
Même un peu cassé tout ; le mot propre, ce rustre,
N'était que caporal : je l'ai fait colonel ;
J'ai fait un jacobin du pronom personnel ;
Dur participe, esclave à la tête blanchie,
Une hyène, et du verbe une hydre d'anarchie.

Vous tenez le reum confitentem. Tonnez !
J'ai dit à la narine : « Eh mais ! tu n'es qu'un nez !  »
J'ai dit au long fruit d'or : « Mais tu n'es qu'une poire !  »
J'ai dit à Vaugelas : « Tu n'es qu'une mâchoire ! »
J'ai dit aux mots : « Soyez république ! soyez
La fourmilière immense, et travaillez ! Croyez,
Aimez, vivez ! » -- J'ai mis tout en branle, et, morose,
J'ai jeté le vers noble aux chiens noirs de la prose.

Et, ce que je faisais, d'autres l'ont fait aussi ;
Mieux que moi. Calliope, Euterpe au ton transi,
Polymnie, ont perdu leur gravité postiche.
Nous faisons basculer la balance hémistiche.
C'est vrai, maudissez-nous. Le vers, qui, sur son front
Jadis portait toujours douze plumes en rond,
Et sans cesse sautait sur la double raquette
Qu'on nomme prosodie et qu'on nomme étiquette,
Rompt désormais la règle et trompe le ciseau,
Et s'échappe, volant qui se change en oiseau,
De la cage césure, et fuit vers la ravine,
Et vole dans les cieux, alouette divine.

Tous les mots à présent planent dans la clarté.
Les écrivains ont mis la langue en liberté.
Et, grâce à ces bandits, grâce à ces terroristes,
Le vrai, chassant l'essaim des pédagogues tristes,
L'imagination, tapageuse aux cent voix,
Qui casse des carreaux dans l'esprit des bourgeois ;
La poésie au front triple, qui rit, soupire
Et chante, raille et croit ; que Plaute et Shakspeare
Semaient, l'un sur la plebs, et l'autre sur le mob ;
Qui verse aux nations la sagesse de Job
Et la raison d'Horace à travers sa démence ;
Qu'enivre de l'azur la frénésie immense,
Et qui, folle sacrée aux regards éclatants,
Monte à l'éternité par les degrés du temps,

La muse reparaît, nous reprend, nous ramène,
Se remet à pleurer sur la misère humaine,
Frappe et console, va du zénith au nadir,
Et fait sur tous les fronts reluire et resplendir
Son vol, tourbillon, lyre, ouragan d'étincelles,
Et ses millions d'yeux sur ses millions d'ailes.

Le mouvement complète ainsi son action.
Grâce à toi, progrès saint, la Révolution
Vibre aujourd'hui dans l'air, dans la voix, dans le livre ;
Dans le mot palpitant le lecteur la sent vivre ;
Elle crie, elle chante, elle enseigne, elle rit,
Sa langue est déliée ainsi que son esprit.
Elle est dans le roman, parlant tout bas aux femmes.
Elle ouvre maintenant deux yeux où sont deux flammes,
L'un sur le citoyen, l'autre sur le penseur.
Elle prend par la main la Liberté, sa soeur,
Et la fait dans tout homme entrer par tous les pores.
Les préjugés, formés, comme les madrépores,
Du sombre entassement des abus sous les temps,
Se dissolvent au choc de tous les mots flottants,
Pleins de sa volonté, de son but, de son âme.
Elle est la prose, elle est le vers, elle est le drame ;
Elle est l'expression, elle est le sentiment,
Lanterne dans la rue, étoile au firmament.
Elle entre aux profondeurs du langage insondable ;
Elle souffle dans l'art, porte-voix formidable ;
Et, c'est Dieu qui le veut, après avoir rempli
De ses fiertés le peuple, effacé le vieux pli
Des fronts, et relevé la foule dégradée,
Et s'être faite droit, elle se fait idée !

Paris, janvier 1834.
L'aurore se levait, la mer battait la plage ;
Ainsi parla Sapho debout sur le rivage,
Et près d'elle, à genoux, les filles de ******
Se penchaient sur l'abîme et contemplaient les flots :

Fatal rocher, profond abîme !
Je vous aborde sans effroi !
Vous allez à Vénus dérober sa victime :
J'ai méconnu l'amour, l'amour punit mon crime.
Ô Neptune ! tes flots seront plus doux pour moi !
Vois-tu de quelles fleurs j'ai couronné ma tête ?
Vois : ce front, si longtemps chargé de mon ennui,
Orné pour mon trépas comme pour une fête,
Du bandeau solennel étincelle aujourd'hui !

On dit que dans ton sein... mais je ne puis le croire !
On échappe au courroux de l'implacable Amour ;
On dit que, par tes soins, si l'on renaît au jour,
D'une flamme insensée on y perd la mémoire !
Mais de l'abîme, ô dieu ! quel que soit le secours,
Garde-toi, garde-toi de préserver mes jours !
Je ne viens pas chercher dans tes ondes propices
Un oubli passager, vain remède à mes maux !
J'y viens, j'y viens trouver le calme des tombeaux !
Reçois, ô roi des mers, mes joyeux sacrifices !
Et vous, pourquoi ces pleurs ? pourquoi ces vains sanglots ?
Chantez, chantez un hymne, ô vierges de ****** !

Importuns souvenirs, me suivrez-vous sans cesse ?
C'était sous les bosquets du temple de Vénus ;
Moi-même, de Vénus insensible prêtresse,
Je chantais sur la lyre un hymne à la déesse :
Aux pieds de ses autels, soudain je t'aperçus !
Dieux ! quels transports nouveaux ! ô dieux ! comment décrire
Tous les feux dont mon sein se remplit à la fois ?
Ma langue se glaça, je demeurais sans voix,
Et ma tremblante main laissa tomber ma lyre !
Non : jamais aux regards de l'ingrate Daphné
Tu ne parus plus beau, divin fils de Latone ;
Jamais le thyrse en main, de pampres couronné,
Le jeune dieu de l'Inde, en triomphe traîné,
N'apparut plus brillant aux regards d'Erigone.
Tout sortit... de lui seul je me souvins, hélas !
Sans rougir de ma flamme, en tout temps, à toute heure,
J'errais seule et pensive autour de sa demeure.
Un pouvoir plus qu'humain m'enchaînait sur ses pas !
Que j'aimais à le voir, de la foule enivrée,
Au gymnase, au théâtre, attirer tous les yeux,
Lancer le disque au ****, d'une main assurée,
Et sur tous ses rivaux l'emporter dans nos jeux !
Que j'aimais à le voir, penché sur la crinière
D'un coursier de I'EIide aussi prompt que les vents,
S'élancer le premier au bout de la carrière,
Et, le front couronné, revenir à pas lents !
Ah ! de tous ses succès, que mon âme était fière !
Et si de ce beau front de sueur humecté
J'avais pu seulement essuyer la poussière...
Ô dieux ! j'aurais donné tout, jusqu'à ma beauté,
Pour être un seul instant ou sa soeur ou sa mère !
Vous, qui n'avez jamais rien pu pour mon bonheur !
Vaines divinités des rives du Permesse,
Moi-même, dans vos arts, j'instruisis sa jeunesse ;
Je composai pour lui ces chants pleins de douceur,
Ces chants qui m'ont valu les transports de la Grèce :
Ces chants, qui des Enfers fléchiraient la rigueur,
Malheureuse Sapho ! n'ont pu fléchir son coeur,
Et son ingratitude a payé ta tendresse !

Redoublez vos soupirs ! redoublez vos sanglots !
Pleurez ! pleurez ma honte, ô filles de ****** !

Si l'ingrat cependant s'était laissé toucher !
Si mes soins, si mes chants, si mes trop faibles charmes
A son indifférence avaient pu l'arracher !
S'il eût été du moins attendri par mes larmes !
Jamais pour un mortel, jamais la main des dieux
N'aurait filé des jours plus doux, plus glorieux !
Que d'éclat cet amour eût jeté sur sa vie !
Ses jours à ces dieux même auraient pu faire envie !
Et l'amant de Sapho, fameux dans l'univers,
Aurait été, comme eux, immortel dans mes vers !
C'est pour lui que j'aurais, sur tes autels propices,
Fait fumer en tout temps l'encens des sacrifices,
Ô Vénus ! c'est pour lui que j'aurais nuit et jour
Suspendu quelque offrande aux autels de l'Amour !
C'est pour lui que j'aurais, durant les nuits entières
Aux trois fatales soeurs adressé mes prières !
Ou bien que, reprenant mon luth mélodieux,
J'aurais redit les airs qui lui plaisaient le mieux !
Pour lui j'aurais voulu dans les jeux d'Ionie
Disputer aux vainqueurs les palmes du génie !
Que ces lauriers brillants à mon orgueil offerts
En les cueillant pour lui m'auraient été plus chers !
J'aurais mis à ses pieds le prix de ma victoire,
Et couronné son front des rayons de ma gloire.

Souvent à la prière abaissant mon orgueil,
De ta porte, ô Phaon ! j'allais baiser le seuil.
Au moins, disais-je, au moins, si ta rigueur jalouse
Me refuse à jamais ce doux titre d'épouse,
Souffre, ô trop cher enfant, que Sapho, près de toi,
Esclave si tu veux, vive au moins sous ta loi !
Que m'importe ce nom et cette ignominie !
Pourvu qu'à tes côtés je consume ma vie !
Pourvu que je te voie, et qu'à mon dernier jour
D'un regard de pitié tu plaignes tant d'amour !
Ne crains pas mes périls, ne crains pas ma faiblesse ;
Vénus égalera ma force à ma tendresse.
Sur les flots, sur la terre, attachée à tes pas,
Tu me verras te suivre au milieu des combats ;
Tu me verras, de Mars affrontant la furie,
Détourner tous les traits qui menacent ta vie,
Entre la mort et toi toujours prompte à courir...
Trop heureuse pour lui si j'avais pu mourir !

Lorsque enfin, fatigué des travaux de Bellone,
Sous la tente au sommeil ton âme s'abandonne,
Ce sommeil, ô Phaon ! qui n'est plus fait pour moi,
Seule me laissera veillant autour de toi !
Et si quelque souci vient rouvrir ta paupière,
Assise à tes côtés durant la nuit entière,
Mon luth sur mes genoux soupirant mon amour,
Je charmerai ta peine en attendant le jour !

Je disais; et les vents emportaient ma prière !
L'écho répétait seul ma plainte solitaire ;
Et l'écho seul encor répond à mes sanglots !
Pleurez ! pleurez ma honte, ô filles de ****** !
Toi qui fus une fois mon bonheur et ma gloire !
Ô lyre ! que ma main fit résonner pour lui,
Ton aspect que j'aimais m'importune aujourd'hui,
Et chacun de tes airs rappelle à ma mémoire
Et mes feux, et ma honte, et l'ingrat qui m'a fui !
Brise-toi dans mes mains, lyre à jamais funeste !
Aux autels de Vénus, dans ses sacrés parvis
Je ne te suspends pas ! que le courroux céleste
Sur ces flots orageux disperse tes débris !
Et que de mes tourments nul vestige ne reste !
Que ne puis-je de même engloutir dans ces mers
Et ma fatale gloire, et mes chants, et mes vers !
Que ne puis-je effacer mes traces sur la terre !
Que ne puis-je aux Enfers descendre tout entière !
Et, brûlant ces écrits où doit vivre Phaon,
Emporter avec moi l'opprobre de mon nom !

Cependant si les dieux que sa rigueur outrage
Poussaient en cet instant ses pas vers le rivage ?
Si de ce lieu suprême il pouvait s'approcher ?
S'il venait contempler sur le fatal rocher
Sapho, les yeux en pleurs, errante, échevelée,
Frappant de vains sanglots la rive désolée,
Brûlant encor pour lui, lui pardonnant son sort,
Et dressant lentement les apprêts de sa mort ?
Sans doute, à cet aspect, touché de mon supplice,
Il se repentirait de sa longue injustice ?
Sans doute par mes pleurs se laissant désarmer
Il dirait à Sapho : Vis encor pour aimer !
Qu'ai-je dit ? **** de moi quelque remords peut-être,
A défaut de l'amour, dans son coeur a pu naître :
Peut-être dans sa fuite, averti par les dieux,
Il frissonne, il s'arrête, il revient vers ces lieux ?
Il revient m'arrêter sur les bords de l'abîme ;
Il revient !... il m'appelle... il sauve sa victime !...
Oh ! qu'entends-je ?... écoutez... du côté de ******
Une clameur lointaine a frappé les échos !
J'ai reconnu l'accent de cette voix si chère,
J'ai vu sur le chemin s'élever la poussière !
Ô vierges ! regardez ! ne le voyez-vous pas
Descendre la colline et me tendre les bras ?...
Mais non ! tout est muet dans la nature entière,
Un silence de mort règne au **** sur la terre :
Le chemin est désert !... je n'entends que les flots...
Pleurez ! pleurez ma honte, ô filles de ****** !

Mais déjà s'élançant vers les cieux qu'il colore
Le soleil de son char précipite le cours.
Toi qui viens commencer le dernier de mes jours,
Adieu dernier soleil ! adieu suprême aurore !
Demain du sein des flots vous jaillirez encore,
Et moi je meurs ! et moi je m'éteins pour toujours !
Adieu champs paternels ! adieu douce contrée !
Adieu chère ****** à Vénus consacrée !
Rivage où j'ai reçu la lumière des cieux !
Temple auguste où ma mère, aux jours de ma naissance
D'une tremblante main me consacrant aux dieux,
Au culte de Vénus dévoua mon enfance !
Et toi, forêt sacrée, où les filles du Ciel,
Entourant mon berceau, m'ont nourri de leur miel,
Adieu ! Leurs vains présents que le vulgaire envie,
Ni des traits de l'Amour, ni des coups du destin,
Misérable Sapho ! n'ont pu sauver ta vie !
Tu vécus dans les Pleurs, et tu meurs au matin !
Ainsi tombe une fleur avant le temps fanée !
Ainsi, cruel Amour, sous le couteau mortel.
Une jeune victime à ton temple amenée,
Qu'à ton culte en naissant le pâtre a destinée,
Vient tomber avant l'âge au pied de ton autel !

Et vous qui reverrez le cruel que j'adore
Quand l'ombre du trépas aura couvert mes yeux,
Compagnes de Sapho, portez-lui ces adieux !
Dites-lui... qu'en mourant je le nommais encore !

Elle dit, et le soir, quittant le bord des flots,
Vous revîntes sans elle, ô vierges de ****** !
Lucas Pilleul  Oct 2017
Oublier
Lucas Pilleul Oct 2017
Petit, j’ai bien oublié de prendre mon temps,
J’ai oublié de penser et de réfléchir.
Oublié de m'arrêter, voulant réussir,
Courant tête baissée, vivant l’insant présent.

L’instant d’après j’avais muri, je n’vivais plus,
C’était bien mieux que ça car je me transcendais,
Et même tout ce que je voulais me souriait,
C’était bien, j’étais content, mais si j’avais su...

Si j'avais su que ma vie n’était pas tout’tracée,
J’aurais pris le temps de venir vous enlacer.
Mais j’ai oublié de grandir, c’est pas pratique.
J’aurais voulu vous le dire, j’crois pas aux malheurs,
J’crois pas aux miracles, ni à la pleine lueur.
Je suis maître de ma vie, ce jusqu’au portique.

J’en ai marre ce ces faux discours patriotiques,
J’ai oublié qu’il n’y’a pas que les filles qui pleurent.
J’ai oublié aussi de faire preuve de douceur
Dans notre monde fait de catastrophes climatiques.
Étant enfant j'étais carrément perturbé,
Rempli de questions que je n’osais pas poser.

Maint’nant, j’sais qu’pour réussir faut être couillu,
J’ai trop pensé au plan que j’utiliserais,
Comme si grâce à ça, toute ma vie changeait.
Je voulais écrire de beaux textes, rien n’est perdu.

Avoir un avenir, des projets, c’est séduisant,
J’ai aussi oublié ce que c’est de souffrir,
Pourtant j’ai décidé que j’allais m’en sortir,
Et j’vais oublier d’oublier, dès maintenant.
#15

— The End —