Submit your work, meet writers and drop the ads. Become a member
1969 Hartford art school is magnet for exceedingly intelligent over-sensitive under-achievers alluring freaks congenital creeps and anyone who cannot cut it in straight world it is about loners dreamers stoners clowns cliques of posers competing to dress draw act most outrageous weird wonderful classrooms clash in diversity of needs some students get it right off while others require so much individual attention one girl constantly raises her hand calls for everything to be repeated explained creativity is treated as trouble and compliance to instruction rewarded most of faculty are of opinion kids are not capable of making original artwork teachers discourage students from dream of becoming well-known until they are older more experienced only practiced skilled artists are competent to create ‘real art’ defined by how much struggle or multiple meanings weave through the work Odysseus wants to make magic boxes without knowing or being informed of Joseph Cornell one teacher tells him you think you’re going to invent some new color the world has never seen? you’re just some rowdy brat from the midwest with a lot of crazy ideas and no evidence of authenticity another teacher warns you’re nothing more than a bricoleur! Odysseus questions what’s a bricoleur teacher informs a rogue handyman who haphazardly constructs from whatever is immediately available Odysseus questions what’s wrong with that? teacher answers it’s low-class folk junk  possessing no real intellectual value independently he reads Marshall McLuhan’s “The Medium Is The Message” and “The Notebooks of Leonardo da Vinci” he memorizes introductory remark of Leonardo’s “i must do like one who comes last to the fair and can find no other way of providing for himself than by taking all the things already seen by others and not taken by reason of their lesser value” Odysseus dreams of becoming accomplished important artist like Robert Rauschenberg Jasper Johns Andy Warhol he dreams of being in eye of hurricane New York art scene he works for university newspaper and is nicknamed crashkiss the newspaper editor is leader in student movement and folk singer who croons “45 caliber man, you’re so much more than our 22, but there’s so many more of us than you” Odysseus grows mustache wears flower printed pants vintage 1940’s leather jacket g.i. surplus clothes he makes many friends his gift for hooking up with girls is uncanny he is long haired drug-crazed hippie enjoying popularity previously unknown to him rock bands play at art openings everyone flirts dances gets ****** lots of activism on campus New York Times dubs university of Hartford “Berkeley of the east coast” holding up ******* in peace sign is subversive in 1969 symbol of rebellion youth solidarity gesture against war hawks rednecks corporate America acknowledgment of potential beyond materialistic self-righteous values of status quo sign of what could be in universe filled with incredible possibilities he moves in with  painting student one year advanced named Todd Whitman Todd has curly blond hair sturdy build wire rimmed glasses impish smile gemini superb draftsman amazing artist Todd emulates Francisco de Goya and Albrecht Durer Todd’s talent overshadows Odysseus’s Todd’s dad is accomplished professor at distinguished college in Massachusetts to celebrate Odysseus’s arrival Todd cooks all day preparing spaghetti dinner when Odysseus arrives home tripping on acid without appetite Todd is disappointed Odysseus runs down to corner store buys large bottle of wine returns to house Todd is eating spaghetti alone they get drunk together then pierce each other’s ears with needles ice wine cork pierced ears are outlaw style of bad *** bikers like Hell’s Angels Todd says you are a real original Odys and funny too Odysseus asks funny, how? Todd answers you are one crazy ******* drop acid whenever you want smoke **** then go to class this is fun tonight Odys getting drunk and piercing our ears Odysseus says yup i’m having a good time too Todd and Odysseus become best friends Odysseus turns Todd on to Sylvia Plath’s “The Bell Jar” and “Ariel” then they both read Ted Hughes “Crow” illustrated with Leonard Baskin prints Todd turns Odysseus on to German Expressionist painting art movement of garish colors emotionally violent imagery from 1905-1925 later infuriating Third ***** who deemed the work “degenerate” Odysseus dives into works of Max Beckmann Otto Dix Conrad Felixmulller Barthel Gilles George Grosz Erich Heckel Ernst Ludwig Kirchner Felix Nussbaum Karl *******Rottluff Carl Hofer August Macke Max Peckstein Elfriede Lohse-Wachtler Egon Shiele list goes on in 1969 most parents don’t have money to buy their children cars most kids living off campus either ride bikes or hitchhike to school then back home on weekends often without a penny in their pockets Odysseus and Todd randomly select a highway and hitch rides to Putney Vermont Brattleboro Boston Cape Cod New York City or D.C. in search of adventure there is always trouble to be found curious girls to assist in Georgetown Odysseus sleeps with skinny girl with webbed toes who believes he is Jesus he tries to dissuade her but she is convinced

Toby Mantis is visiting New York City artist at Hartford art school he looks like huskier handsomer version of Ringo Starr and women dig him he builds stretchers and stretches canvases for Warhol lives in huge loft in Soho on Broadway and Bleeker invites Odysseus to come down on weekends hang out Toby takes him to Max’s Kansas City Warhol’s Electric Circus they wander all night into morning there are printing companies longshoremen gays in Chelsea Italians in West Village hippies playing guitars protesting the war in Washington Square all kinds of hollering crazies passing out fliers pins in Union Square Toby is hard drinker Odysseus has trouble keeping up  he pukes his guts out number of times Odysseus is *** head not drinker he explores 42nd Street stumbles across strange exotic place named Peep Show World upstairs is large with many **** cubicles creepy dudes hanging around downstairs is astonishing there are many clusters of booths with live **** girls inside girls shout out hey boys come on now pick me come on boys there are hundreds of girls from all over the world in every conceivable size shape race he enters dark stall  puts fifty cents in coin box window screen lifts inside each cluster are 6 to 10 girls either parading or glued to a window for $1 he is allowed to caress kiss their ******* for $2 he is permitted to probe their ****** or *** for $10 girl reaches hand into darkened stall jerks him off tall slender British girl thrills him the most she says let me have another go at your dickey Odysseus spends all his money ******* 5 times departing he notices men from every walk of life passing through wall street stockbrokers executives rednecks mobsters frat boys tourists fat old bald guys smoking thick smelly cigars Toby Mantis has good-looking girlfriend named Lorraine with long brown hair Toby Lorraine and Odysseus sit around kitchen table Odysseus doodles with pencil on paper Toby spreads open Lorraine’s thighs exposing her ****** to Odysseus Lorraine blushes yet permits Toby to finger her Odysseus thinks she has the most beautiful ****** he has ever seen bulging pelvic bone brown distinctive bush symmetric lips Toby and Lorraine watch in amusement as Odysseus gazes intently Tony mischievously remarks you like looking at that ***** don’t you? Odysseus stares silently begins pencil drawing Lorraine’s ****** his eyes darting back and forth following day Lorraine seduces Odysseus while Toby is away walks out **** from shower she is few years older her body lean with high ******* she directs his hands mouth while she talks with someone on telephone it is strange yet quite exciting Odysseus is in awe of New York City every culture in the world intermingling democracy functioning in an uncontrollable managed breath millions of people in motion stories unraveling on every street 24 hour spectacle with no limits every conceivable variety of humanity ******* in same air Odysseus is bedazzled yet intimidated

Odysseus spends summer of 1970 at art colony in Cummington Massachusetts it is magical time extraordinary place many talented eccentric characters all kinds of happenings stage plays poetry readings community meals volleyball after dinner volleyball games are hilarious fun he lives alone in isolated studio amidst wild raspberries in woods shares toilet with field mouse no shower he reads Jerzy Kosinski’s “Painted Bird” then “Being There” then “Steps” attractive long haired girl named Pam visits community for weekend meets Odysseus they talk realize they were in first grade together at Harper amazing coincidence automatic ground for “we need to have *** because neither of us has seen each other since first grade” she inquires where do you sleep? Todd hitches up from Hartford to satisfy curiosity everyone sleeps around good-looking blue-eyed poet named Shannon Banks from South Boston tells Odysseus his ******* is not big enough for kind of ******* she wants but she will **** him off that’s fine with him 32 year old poet named Ellen Morrissey from Massachusetts reassures him ******* is fine Ellen is beginning to find her way out from suffocating marriage she has little daughter named Nina Ellen admires Odysseus’s free spirit sees both his possibilities and naïveté she realizes he has crippling family baggage he has no idea he is carrying thing about trauma is as it is occurring victim shrugs laughs to repel shock yet years later pain horror sink in turned-on with new ideas he returns to Hartford art school classes are fun yet confusing he strives to be best drawer most innovative competition sidetracks him Odysseus uses power drill to carve pumpkin on Halloween teachers warn him to stick to fundamentals too much creativity is suspect Todd and he are invited to holiday party Odysseus shows up with Ellen Morrissey driving in her father’s station wagon 2 exceptionally pretty girls flirt with him he is live wire they sneak upstairs he fingers both at same time while they laugh to each other one of the girls Laura invites him outside to do more he follows they walk through falling snow until they find hidden area near some trees Laura lies down lifts her skirt she spreads her legs dense ***** mound he is about to explore her there when Laura looks up sees figure with flashlight following their tracks in snow she warns it’s Bill my husband run for your life! Odysseus runs around long way back inside party grabs a beer pretending he has been there next to Ellen all night few minutes later he sees Laura and Bill return through front door Bill has dark mustache angry eyes Odysseus tells Ellen it is late maybe they should leave soon suddenly Bill walks up to him with beer in hand cracks bottle over his head glass and beer splatter Odysseus jumps up runs out to station wagon Ellen hurriedly follows snow coming down hard car is wedged among many guest vehicles he starts engine locks doors maneuvers vehicle back and forth trying to inch way out of spot Bill appears from party walks to his van disappears from out of darkness swirling snow Bill comes at them wielding large crowbar smashes car’s headlights taillights side mirrors windshield covered in broken glass Ellen ducks on floor beneath glove compartment sobs cries he’s going to **** us! we’re going to die! Odysseus steers station wagon free floors gas pedal drives on back country roads through furious snowstorm in dark of night no lights Odysseus contorts crouches forward in order to see through hole in shattered windshield Ellen sees headlights behind them coming up fast it is Bill in van Bill banging their bumper follows them all the way back to Hartford to Odysseus’s place they run inside call police Bill sits parked van outside across street as police arrive half hour later Bill pulls away next day Odysseus and Ellen drive to Boston to explain to Ellen’s dad what has happened to his station wagon Odysseus stays with Ellen in Brookline for several nights another holiday party she wants to take him along to meet her friends her social circles are older he thinks to challenge their values be outrageous paints face Ellen is horrified cries you can’t possibly do this to me these are my close friends what will they think? he defiantly answers my face is a mask who cares what i look like? man woman creature what does it matter? if your friends really want to know me they’ll need to look beyond the make-up tonight i am your sluttish girlfriend! sometimes Odysseus can be a thoughtless fool

Laura Rousseau Shane files for divorce from Bill she is exceptionally lovely models at art school she is of French descent her figure possessing exotic traits she stands like ballerina with thick pointed ******* copious ***** hair Odysseus is infatuated she frequently dances pursues him Laura says i had the opportunity to meet Bob Dylan once amazed Odysseus questions what did you do? she replies what could i possibly have in common with Bob Dylan? Laura teases Odysseus about being a preppy then lustfully gropes him grabs holds his ***** they devote many hours to ****** intimacy during ******* she routinely reaches her hand from under her buns grasps his testicles squeezing as he pumps he likes that Laura is quite eccentric fetishes over Odysseus she even thrills to pick zits on his back he is not sure if it is truly a desire of hers proof of earthiness or simply expression of mothering Laura has two daughters by Bill Odysseus is in over his head Laura tells Odysseus myth of Medea smitten with love for Jason Jason needs Medea’s help to find Golden Fleece Medea agrees with promise of marriage murders her brother arranges ****** of king who has deprived Jason his inheritance couple is forced into exile Medea bears Jason 2 sons then Jason falls in love with King Creon’s daughter deserts Medea is furious she makes shawl for King Creon’s daughter to wear at her wedding to Jason  shawl turns to flames killing bride Medea murders her own sons by Jason Odysseus goes along with story for a while but Laura wants husband Odysseus is merely scruffy boy with roving eyes Laura becomes galled by Odysseus leaves him for one of his roommates whom she marries then several years later divorces there is scene when Laura tells Odysseus she is dropping him for his roommate he is standing in living room of her house space is painted deep renaissance burgundy there are framed photographs on walls in one photo he is hugging Laura and her daughters under big oak tree in room Laura’s friend Bettina other girl he fingered first night he met Laura at party is watching with arms crossed he drops to floor curls body sobs i miss you so much Laura turns to Bettina remarks look at him men are such big babies he’s pitiful Bettina nods

following summer he works installing displays at G. Fox Department Store besides one woman gay men staff display department for as long as he can remember homosexuals have always been attracted to him this misconception is probably how he got job his tenor voice suggesting not entirely mature man instead more like tentative young boy this ambiguous manifestation sometimes also evidences gestures thoroughly misleading after sidestepping several ****** advances one of his co-workers bewilderingly remarks you really are straight manager staff are fussy chirpy catty group consequently certain he is not gay they discriminate against him stick him with break down clean up slop jobs at outdoor weekend rock concert in Constitution Plaza he meets 2 younger blond girls who consent to go back to his place mess around both girls are quite dazzling yet one is somewhat physically undeveloped they undress and model for Odysseus radio plays Roberta Flack’s “Killing Me Softly With His Song” both girls move to rhythm sing along he thinks to orchestrate direct decides instead to let them lead lies on bed while curvaceous girl rides his ******* slender girl sits on his face they switch all 3 alternate giggle laughter each girl reaches ****** on his stiffness later both assist with hands mouths his ****** is so intense it leaves him paralyzed for a moment

in fall he is cast as Claudius in production of Hamlet Odysseus rehearses diligently on nights o
Paul d'Aubin Mar 2016
Radio Matin, mars 2016

Radio Matin, mars 2016 ; Tu écoutes la radio du matin ne pouvant te replonger dans l’oubli Et les nouvelles ne vont pas vont pas bien Il paraît que les Grecs auraient abusé, Des subventions de l'Europe se seraient gavés. Et, qu’horrible angoisse, Picsou craint de ne point être remboursé. Mais où va-t-on, si les créanciers rechignent à payer leur dus ? Tu écoutes la radio du matin Et les nouvelles ne vont pas bien. Les banques aussitôt sortis du coma, ont refilé en douce leurs pertes sur le déficit des Etats et ainsi créés un grand branle-bas Et se sont mises comme l’usurier Shylock A provoquer de grands entrechocs. Tu écoutes la radio du matin Il parait que les «marchés» ont le bourdon Car les européens du sud auraient croqué tout le pognon. Les marchés en perdent leur latin De voir la « dolce Vita de tous ces profiteurs. Quant à l’Espagne n’en parlons même pas ! C’est certainement la faute de la sangria. Tu écoutes la radio du matin Et les nouvelles ne vont pas bien. Il va falloir travailler plus longtemps, et du code du travail si ventripotent décréter la grande disette, d’ailleurs Manuel l’a dit, l’ « ancien socialisme » n’est pas « moderne » car il ne se plie pas aux contraintes de ce que nos gourous savants, nous dictent comme étant « la Modernité », d'ailleurs la barbe de Jean  Jaurès ne fait pas assez jeune cadre dynamique ! Et puis il paraît que nous vivons trop longtemps et pour les fonds de pension cela est certes démoralisant. Pourtant ne souhaitons guère tous atteindre cent-ans, Et préférerions disposer librement de notre temps. Tu écoutes encore la radio du matin Et les nouvelles ne vont pas bien. Un tanker s’est est échoué Laissant le pétrole s'écouler, qui sera difficilement colmaté et tue mouettes et cormorans. Les centaines de milliers de réfugiés, souvent par nos propres bombes déplacés ont le toupet de vouloir partager l’espoir de vivre dans un oasis de Paix ; mais pour combien de temps encor, cette paix des cimetières peut-elle durer, et bous laisser consommer seuls dans nos lits pas toujours si douillets ?
Tu n'écoutes plus désormais la radio du matin et la télévision encore moins. Car toutes ces nouvelles te rendaient zinzin. Tu n’es plus sûr, du tout, de la vérité apportée dans cette Babel sonore et tu es consterné par une vision si étriquée de l’humain.
Comment pouvons-nous tant ingurgiter d’insignifiances où se noie la lucidité ? Comment pouvons-nous partager les vrais progrès des sciences et du creuset Mondial des pensées ? Sans jamais nous interroger et garder le nez au raz de cette marée d’informations non triées ? Comment avoir un bon usage d'un village planétaire si divisé ? Et comment redonner le goût de l’Humain pour le plus grand nombre à la participation aux choix dont nous sommes si souvent exclus bien que surinformés ?

Paul Arrighi (Toulouse le vendredi 18 mars 2016)
Ô petite hirondelle
Qui bats de l'aile,
Et viens contre mon mur,
Comme abri sûr,
Bâtir d'un bec agile
Un nid fragile,
Dis-moi, pour vivre ainsi
Sans nul souci,
Comment fait l'hirondelle
Qui bat de l'aile ?

Moi, sous le même toit, je trouve tour à tour
Trop prompt, trop long, le temps que peut durer un jour.
J'ai l'heure des regrets et l'heure du sourire,
J'ai des rêves divers que je ne puis redire ;
Et, roseau qui se courbe aux caprices du vent,
L'esprit calme ou troublé, je marche en hésitant.
Mais, du chemin je prends moins la fleur que l'épine,
Mon front se lève moins, hélas ! qu'il ne s'incline ;
Mon cœur, pesant la vie à des poids différents,
Souffre plus des hivers qu'il ne rit des printemps.

Ô petite hirondelle
Qui bats de l'aile,
Et viens contre mon mur,
Comme abri sûr,
Bâtir d'un bec agile
Un nid fragile,
Dis-moi, pour vivre ainsi
Sans nul souci,
Comment fait l'hirondelle
Qui bat de l'aile ?

J'évoque du passé le lointain souvenir ;
Aux jours qui ne sont plus je voudrais revenir.
De mes bonheurs enfuis, il me semble au jeune agi
N'avoir pas à loisir savouré le passage,
Car la jeunesse croit qu'elle est un long trésor,
Et, si l'on a reçu, l'on attend plus encor.
L'avenir nous parait l'espérance éternelle,
Promettant, et restant aux promesses fidèle ;
On gaspille des biens que l'on rêve sans fin...
Mais, qu'on voudrait, le soir, revenir au matin !

Ô petite hirondelle
Qui bats de l'aile,
Et viens contre mon mur,
Comme abri sûr,
Bâtir d'un bec agile
Un nid fragile,
Dis-moi, pour vivre ainsi
Sans nul souci,
Comment fait l'hirondelle
Qui bat de l'aile ?

De mes jours les plus doux je crains le lendemain,
Je pose sur mes yeux une tremblante main.
L'avenir est pour nous un mensonge, un mystère ;
N'y jetons pas trop tôt un regard téméraire.
Quand le soleil est pur, sur les épis fauchés
Dormons, et reposons longtemps nos fronts penchés ;
Et ne demandons pas si les moissons futures
Auront des champs féconds, des gerbes aussi mûres.
Bornons notre horizon.... Mais l'esprit insoumis
Repousse et rompt le frein que lui-même avait mis.

Ô petite hirondelle
Qui bats de l'aile,
Et viens contre mon mur,
Comme abri sûr,
Bâtir d'un bec agile
Un nid fragile,
Dis-moi, pour vivre ainsi
Sans nul souci,
Comment fait l'hirondelle
Qui bat de l'aile ?

Souvent de mes amis j'imagine l'oubli :
C'est le soir, au printemps, quand le jour affaibli
Jette l'ombre en mon cœur ainsi que sur la terre ;
Emportant avec lui l'espoir et la lumière ;
Rêveuse, je me dis : « Pourquoi m'aimeraient-ils ?
De nos affections les invisibles fils
Se brisent chaque jour au moindre vent qui passe,
Comme on voit que la brise enlève au **** et casse
Ces fils blancs de la Vierge, errants au sein des cieux ;
Tout amour sur la terre est incertain comme eux ! »

Ô petite hirondelle
Qui bats de l'aile,
Et viens contre mon mur,
Comme abri sûr,
Bâtir d'un bec agile
Un nid fragile,
Dis-moi, pour vivre ainsi
Sans nul souci,
Comment fait l'hirondelle
Qui bat de l'aile ?

C'est que, petit oiseau, tu voles **** de nous ;
L'air qu'on respire au ciel est plus pur et plus doux.
Ce n'est qu'avec regret que ton aile légère,
Lorsque les cieux sont noirs, vient effleurer la terre.
Ah ! que ne pouvons-nous, te suivant dans ton vol,
Oubliant que nos pieds sont attachés au sol,
Élever notre cœur vers la voûte éternelle,
Y chercher le printemps comme fait l'hirondelle,
Détourner nos regards d'un monde malheureux,
Et, vivant ici-bas, donner notre âme aux cieux !

Ô petite hirondelle
Qui bats de l'aile,
Et viens contre mon mur,
Comme abri sûr,
Bâtir d'un bec agile
Un nid fragile,
Dis-moi, pour vivre ainsi
Sans nul souci,
Comment fait l'hirondelle
Qui bat de l'aile ?
EM  Dec 2014
26/12/2014
EM Dec 2014
Il avait le regard le plus doux qu'elle n'aie jamais vu et un sourire a en mourir.. pour combien de temps celui ci va t'il durer? Ce demande -elle en le contemplant.. Elle adorait le regarder entrain d’étudier. elle trouvait un grand charme dans son côté travailleur. Les opposés s'attirent se dit elle avec un léger sourire.. Évidement ils étaient des opposés. Il était romantique, elle ne l'était pas. Il était sérieux, elle ne l'était pas du tout. Il aimait le chocolat blanc, elle le détestait. Il aimait le whisky, elle ne le supportait pas.. mais pourtant il a su la conquérir: ce qu'elle n'aimait pas admettre; elle a toujours essayer d'éviter l'amour qui, pour elle, était un synonyme de peine et misère, dieu sait que sa dernière -et d’ailleurs première- confrontation avec ce dernier n'as pas était des plus joyeuse et elle aurait préférer mourir mille fois avant de retomber dans ce tourbillon de pleurs et d'agonie amoureuse, mais pourtant maintenant plus que tout elle adorait sa présence, entendre sa respiration de bébé, son rire, ses mots doux, son tout, elle l'adorait finalement lui ,car, voyez vous, certains gens donnent valeur au choses, certains gens on devrait jamais les laisser partir, certains gens méritent tout l'amour qu'on leur donne, ils rendent les choses meilleur, ils sont tout simplement des anges, des cadeaux de dieu et lui faisait partie de ces gens ce qui fait qu'il a vite pris une place dans son cœur en dissipant ses doutes et ses peurs, prenant possession complète de celui ci et a fait de sa présence un élément indispensable chez elle, qui trouvait quelque chose de dévastateur, voir effrayant dans son absence.. tel faire face à sa plus grande peur.. un mélange de tristesse, de peur, de curiosité et en même temps un immense vide s'emparent d'elle a chaque fois qu'il s'en va..  elle ne sait pas, elle ne sait juste pas comment ce gars est devenu si important, si vital pour elle mais il l'est, peut être serait-il "le bon"? elle l’espérait anxieusement. elle avait hâte de se réveiller chaque matin a ses cotés, de passer ses jours avec lui ayant des fous rires, parlant de tout et de rien, jouant comme des gamins, construisant leurs rêves ensemble et de passer ses nuits a lui faire passionnément l'amour ou a se blottir dans ses bras en attendant que Morphée vienne l'emmener ****, **** dans un monde ou elle rêvera de lui, de ses lèvres parfaites, de sa douce barbe et  la chaleur de son enlacement. oui, elle avait hâte pour tout ça, elle avait hâte pour lui, mais quelque chose en elle, un monstre habitant les pénombres de son âme, lui disait de se méfier et de prendre ses distances avec lui, se monstre était sa raison. dans le monde fou, absurde, empirique, irrationnel, farfelue,fantaisiste, antilogique, et confus de l'amour la raison est un monstre désastreux, se trouvant alors déchirée entre son idiot de cœur et sa stricte raison elle se rappela de quelque chose qu'il lui a dit. "quand j'ai des doutes,quand des questions mal saines me tiennent, quand n'importe quel chose arrive, je ne donne a moi même qu'une seule repense, je me dit que je t'aime, et cela est toujours suffisant pour faire disparaître tout de mal, rien d'autre n'as d'importance" "je l'aime" se dit-elle alors écrasant le monstre de son jugement et en se rapprochant de lui avec un regard coquin qui en disait long sur ses intentions pour ce soir.
Mon rêve le plus cher et le plus caressé,

Le seul qui rit encore à mon cœur oppressé,

C'est de m'ensevelir au fond d'une chartreuse,

Dans une solitude inabordable, affreuse ;

****, bien ****, tout là-bas, dans quelque Sierra

Bien sauvage, où jamais voix d'homme ne vibra,

Dans la forêt de pins, parmi les âpres roches,

Où n'arrive pas même un bruit lointain de cloches ;

Dans quelque Thébaïde, aux lieux les moins hantés,

Comme en cherchaient les saints pour leurs austérités ;

Sous la grotte où grondait le lion de Jérôme,

Oui, c'est là que j'irais pour respirer ton baume

Et boire la rosée à ton calice ouvert,

Ô frêle et chaste fleur, qui crois dans le désert

Aux fentes du tombeau de l'Espérance morte !

De non cœur dépeuplé je fermerais la porte

Et j'y ferais la garde, afin qu'un souvenir

Du monde des vivants n'y pût pas revenir ;

J'effacerais mon nom de ma propre mémoire ;

Et de tous ces mots creux : Amour, Science et Gloire

Qu'aux jours de mon avril mon âme en fleur rêvait,

Pour y dormir ma nuit j'en ferais un chevet ;

Car je sais maintenant que vaut cette fumée

Qu'au-dessus du néant pousse une renommée.

J'ai regardé de près et la science et l'art :

J'ai vu que ce n'était que mensonge et hasard ;

J'ai mis sur un plateau de toile d'araignée

L'amour qu'en mon chemin j'ai reçue et donnée :

Puis sur l'autre plateau deux grains du vermillon

Impalpable, qui teint l'aile du papillon,

Et j'ai trouvé l'amour léger dans la balance.

Donc, reçois dans tes bras, ô douce somnolence,

Vierge aux pâles couleurs, blanche sœur de la mort,

Un pauvre naufragé des tempêtes du sort !

Exauce un malheureux qui te prie et t'implore,

Egraine sur son front le pavot inodore,

Abrite-le d'un pan de ton grand manteau noir,

Et du doigt clos ses yeux qui ne veulent plus voir.

Vous, esprits du désert, cependant qu'il sommeille,

Faites taire les vents et bouchez son oreille,

Pour qu'il n'entende pas le retentissement

Du siècle qui s'écroule, et ce bourdonnement

Qu'en s'en allant au but où son destin la mène

Sur le chemin du temps fait la famille humaine !


Je suis las de la vie et ne veux pas mourir ;

Mes pieds ne peuvent plus ni marcher ni courir ;

J'ai les talons usés de battre cette route

Qui ramène toujours de la science au doute.

Assez, je me suis dit, voilà la question.


Va, pauvre rêveur, cherche une solution

Claire et satisfaisante à ton sombre problème,

Tandis qu'Ophélia te dit tout haut : Je t'aime ;

Mon beau prince danois marche les bras croisés,

Le front dans la poitrine et les sourcils froncés,

D'un pas lent et pensif arpente le théâtre,

Plus pâle que ne sont ces figures d'albâtre,

Pleurant pour les vivants sur les tombeaux des morts ;

Épuise ta vigueur en stériles efforts,

Et tu n'arriveras, comme a fait Ophélie,

Qu'à l'abrutissement ou bien à la folie.

C'est à ce degré-là que je suis arrivé.

Je sens ployer sous moi mon génie énervé ;

Je ne vis plus ; je suis une lampe sans flamme,

Et mon corps est vraiment le cercueil de mon âme.


Ne plus penser, ne plus aimer, ne plus haïr,

Si dans un coin du cœur il éclot un désir,

Lui couper sans pitié ses ailes de colombe,

Être comme est un mort, étendu sous la tombe,

Dans l'immobilité savourer lentement,

Comme un philtre endormeur, l'anéantissement :

Voilà quel est mon vœu, tant j'ai de lassitude,

D'avoir voulu gravir cette côte âpre et rude,

Brocken mystérieux, où des sommets nouveaux

Surgissent tout à coup sur de nouveaux plateaux,

Et qui ne laisse voir de ses plus hautes cimes

Que l'esprit du vertige errant sur les abîmes.


C'est pourquoi je m'assieds au revers du fossé,

Désabusé de tout, plus voûté, plus cassé

Que ces vieux mendiants que jusques à la porte

Le chien de la maison en grommelant escorte.

C'est pourquoi, fatigué d'errer et de gémir,

Comme un petit enfant, je demande à dormir ;

Je veux dans le néant renouveler mon être,

M'isoler de moi-même et ne plus me connaître ;

Et comme en un linceul, sans y laisser un seul pli,

Rester enveloppé dans mon manteau d'oubli.


J'aimerais que ce fût dans une roche creuse,

Au penchant d'une côte escarpée et pierreuse,

Comme dans les tableaux de Salvator Rosa,

Où le pied d'un vivant jamais ne se posa ;

Sous un ciel vert, zébré de grands nuages fauves,

Dans des terrains galeux clairsemés d'arbres chauves,

Avec un horizon sans couronne d'azur,

Bornant de tous côtés le regard comme un mur,

Et dans les roseaux secs près d'une eau noire et plate

Quelque maigre héron debout sur une patte.

Sur la caverne, un pin, ainsi qu'un spectre en deuil

Qui tend ses bras voilés au-dessus d'un cercueil,

Tendrait ses bras en pleurs, et du haut de la voûte

Un maigre filet d'eau suintant goutte à goutte,

Marquerait par sa chute aux sons intermittents

Le battement égal que fait le cœur du temps.

Comme la Niobé qui pleurait sur la roche,

Jusqu'à ce que le lierre autour de moi s'accroche,

Je demeurerais là les genoux au menton,

Plus ployé que jamais, sous l'angle d'un fronton,

Ces Atlas accroupis gonflant leurs nerfs de marbre ;

Mes pieds prendraient racine et je deviendrais arbre ;

Les faons auprès de moi tondraient le gazon ras,

Et les oiseaux de nuit percheraient sur mes bras.


C'est là ce qu'il me faut plutôt qu'un monastère ;

Un couvent est un port qui tient trop à la terre ;

Ma nef tire trop d'eau pour y pouvoir entrer

Sans en toucher le fond et sans s'y déchirer.

Dût sombrer le navire avec toute sa charge,

J'aime mieux errer seul sur l'eau profonde et large.

Aux barques de pêcheur l'anse à l'abri du vent,

Aux simples naufragés de l'âme, le couvent.

À moi la solitude effroyable et profonde,

Par dedans, par dehors !


Par dedans, par dehors ! Un couvent, c'est un monde ;

On y pense, on y rêve, on y prie, on y croit :

La mort n'est que le seuil d'une autre vie ; on voit

Passer au long du cloître une forme angélique ;

La cloche vous murmure un chant mélancolique ;

La Vierge vous sourit, le bel enfant Jésus

Vous tend ses petits bras de sa niche ; au-dessus

De vos fronts inclinés, comme un essaim d'abeilles,

Volent les Chérubins en légions vermeilles.

Vous êtes tout espoir, tout joie et tout amour,

À l'escalier du ciel vous montez chaque jour ;

L'extase vous remplit d'ineffables délices,

Et vos cœurs parfumés sont comme des calices ;

Vous marchez entourés de célestes rayons

Et vos pieds après vous laissent d'ardents sillons !


Ah ! grands voluptueux, sybarites du cloître,

Qui passez votre vie à voir s'ouvrir et croître

Dans le jardin fleuri de la mysticité,

Les pétales d'argent du lis de pureté,

Vrais libertins du ciel, dévots Sardanapales,

Vous, vieux moines chenus, et vous, novices pâles,

Foyers couverts de cendre, encensoirs ignorés,

Quel don Juan a jamais sous ses lambris dorés

Senti des voluptés comparables aux vôtres !

Auprès de vos plaisirs, quels plaisirs sont les nôtres !

Quel amant a jamais, à l'âge où l'œil reluit,

Dans tout l'enivrement de la première nuit,

Poussé plus de soupirs profonds et pleins de flamme,

Et baisé les pieds nus de la plus belle femme

Avec la même ardeur que vous les pieds de bois

Du cadavre insensible allongé sur la croix !

Quelle bouche fleurie et d'ambroisie humide,

Vaudrait la bouche ouverte à son côté livide !

Notre vin est grossier ; pour vous, au lieu de vin,

Dans un calice d'or perle le sang divin ;

Nous usons notre lèvre au seuil des courtisanes,

Vous autres, vous aimez des saintes diaphanes,

Qui se parent pour vous des couleurs des vitraux

Et sur vos fronts tondus, au détour des arceaux,

Laissent flotter le bout de leurs robes de gaze :

Nous n'avons que l'ivresse et vous avez l'extase.

Nous, nos contentements dureront peu de jours,

Les vôtres, bien plus vifs, doivent durer toujours.

Calculateurs prudents, pour l'abandon d'une heure,

Sur une terre où nul plus d'un jour ne demeure,

Vous achetez le ciel avec l'éternité.

Malgré ta règle étroite et ton austérité,

Maigre et jaune Rancé, tes moines taciturnes

S'entrouvrent à l'amour comme des fleurs nocturnes,

Une tête de mort grimaçante pour nous

Sourit à leur chevet du rire le plus doux ;

Ils creusent chaque jour leur fosse au cimetière,

Ils jeûnent et n'ont pas d'autre lit qu'une bière,

Mais ils sentent vibrer sous leur suaire blanc,

Dans des transports divins, un cœur chaste et brûlant ;

Ils se baignent aux flots de l'océan de joie,

Et sous la volupté leur âme tremble et ploie,

Comme fait une fleur sous une goutte d'eau,

Ils sont dignes d'envie et leur sort est très-beau ;

Mais ils sont peu nombreux dans ce siècle incrédule

Creux qui font de leur âme une lampe qui brûle,

Et qui peuvent, baisant la blessure du Christ,

Croire que tout s'est fait comme il était écrit.

Il en est qui n'ont pas le don des saintes larmes,

Qui veillent sans lumière et combattent sans armes ;

Il est des malheureux qui ne peuvent prier

Et dont la voix s'éteint quand ils veulent crier ;

Tous ne se baignent pas dans la pure piscine

Et n'ont pas même part à la table divine :

Moi, je suis de ce nombre, et comme saint Thomas,

Si je n'ai dans la plaie un doigt, je ne crois pas.


Aussi je me choisis un antre pour retraite

Dans une région détournée et secrète

D'où l'on n'entende pas le rire des heureux

Ni le chant printanier des oiseaux amoureux,

L'antre d'un loup crevé de faim ou de vieillesse,

Car tout son m'importune et tout rayon me blesse,

Tout ce qui palpite, aime ou chante, me déplaît,

Et je hais l'homme autant et plus que ne le hait

Le buffle à qui l'on vient de percer la narine.

De tous les sentiments croulés dans la ruine,

Du temple de mon âme, il ne reste debout

Que deux piliers d'airain, la haine et le dégoût.

Pourtant je suis à peine au tiers de ma journée ;

Ma tête de cheveux n'est pas découronnée ;

À peine vingt épis sont tombés du faisceau :

Je puis derrière moi voir encore mon berceau.

Mais les soucis amers de leurs griffes arides

M'ont fouillé dans le front d'assez profondes rides

Pour en faire une fosse à chaque illusion.

Ainsi me voilà donc sans foi ni passion,

Désireux de la vie et ne pouvant pas vivre,

Et dès le premier mot sachant la fin du livre.

Car c'est ainsi que sont les jeunes d'aujourd'hui :

Leurs mères les ont faits dans un moment d'ennui.

Et qui les voit auprès des blancs sexagénaires

Plutôt que les enfants les estime les pères ;

Ils sont venus au monde avec des cheveux gris ;

Comme ces arbrisseaux frêles et rabougris

Qui, dès le mois de mai, sont pleins de feuilles mortes,

Ils s'effeuillent au vent, et vont devant leurs portes

Se chauffer au soleil à côté de l'aïeul,

Et du jeune et du vieux, à coup sûr, le plus seul,

Le moins accompagné sur la route du monde,

Hélas ! C'est le jeune homme à tête brune ou blonde

Et non pas le vieillard sur qui l'âge a neigé ;

Celui dont le navire est le plus allégé

D'espérance et d'amour, lest divin dont on jette

Quelque chose à la mer chaque jour de tempête,

Ce n'est pas le vieillard, dont le triste vaisseau

Va bientôt échouer à l'écueil du tombeau.

L'univers décrépit devient paralytique,

La nature se meurt, et le spectre critique

Cherche en vain sous le ciel quelque chose à nier.

Qu'attends-tu donc, clairon du jugement dernier ?

Dis-moi, qu'attends-tu donc, archange à bouche ronde

Qui dois sonner là-haut la fanfare du monde ?

Toi, sablier du temps, que Dieu tient dans sa main,

Quand donc laisseras-tu tomber ton dernier grain ?
Lucas Pilleul Jun 2017
Quelle était belle, l'époque ou nous pouvions rêver.
Quelle était belle, l'époque ou nous nous entendions à merveille.
Ou est elle, d'ailleurs ? Depuis si longtemps que je l'ai perdue, et que je la cherche.

Pensant trouver mon bonheur dans le tiens, je t'ai demandé de partir.
Es tu plus heureuse ?
Moi non plus.
Pensant te retrouver un jour, mes espoirs de te revoir sont perdus.
Jamais, jamais, jamais, jamais, je ne recommencerais.

Et toi ?
Tant de lassitude entre nous. Cela ne pouvait plus durer. Rien ne pouvait me forcer à rester. Enfin si. Tout le pouvait. Mais la totalité, c'est le néant et je ne puis m'imaginer vivre sans cette faim inhumaine d'îvresse.
Si ce n'est pas de ta faute, est-ce celle du temps ?

Mais aussi, ne puis-je pas oublier une telle débauche. Une telle perte de temps.
Tant de larmes pour si peu de satisfaction.
Je n'en retiens qu'une chose, cetait une erreur. Mais comment la réparer ?
Je n'oserai plus croiser dans ton regard cet amour que tu me donnais.
Je ne pourrai plus imaginer subir telle honte.
Jalousie disais tu. Ce n'est pour moi pas une excuse. Rien ne t'excusera jamais plus.

Aurais-je au moins essayé de te sortir de ce trou si profond que même un géant parmi les géants ne saurait en sortir. Cette vie parsemée d'embûches ne me conviens plus, mais que puis je y faire.
#11
Virginité du cœur, hélas ! si tôt ravie !
Songes riants, projets de bonheur et d'amour,
Fraîches illusions du matin de la vie,
Pourquoi ne pas durer jusqu'à la fin du jour ?

Pourquoi ?... Ne voit-on pas qu'à midi la rosée
De ses larmes d'argent n'enrichit plus les fleurs,
Que l'anémone frêle, au vent froid exposée,
Avant le soir n'a plus ses brillantes couleurs ?

Ne voit-on pas qu'une onde, à sa source limpide,
En passant par la fange y perd sa pureté ;
Que d'un ciel d'abord pur un nuage rapide
Bientôt ternit l'éclat et la sérénité ?

Le monde est fait ainsi : loi suprême et funeste !
Comme l'ombre d'un songe au bout de peu d'instants,
Ce qui charme s'en va, ce qui fait peine reste :
La rose vit une heure et le cyprès cent ans.
Albrecht Durer didn't paint houses
Rosa Parks wasn't content with her seat on the bus
And Randolph ain't playing covers for a bar full o' drunks* ...
Copyright February 1 , 2017 by Randolph L Wilson * All Rights Reserved
Terry Collett Apr 2017
After we set up our tents
Miriam and I
walked into Madrid.

We went to the Prado
looked at the art
at the Fra Angelicos
and Titians.

Then we had coffee
in a cafe.

I see you liked
the Eve painting
by Durer
she said.

Yes I like that
I said
and the Venus paintings
by Titian.

What is it with men
and **** paintings
always out to look
at ******
she said.  

We enjoy the beauty
of God's creation
the artists were not
ashamed to show that
why hide what
God made
so beautifully?
I said.

So God made my
beautiful
****** then?
she said.

Of course
I said
mind you I'll need
to see it again
to comment further
can't see that much
in the darkness
of the tent.

She sipped
her coffee
we will see
that was a fluke
that that girl
I share with
was off with another
for the day
seeing the cathedral
in the Burgos
and other sights.

Shame she's not away
more and elsewhere
I said
for other nights.
A BOY AND GIRL IN SPAIN IN 1970
Marquise, si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu'à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.

Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affront,
Et saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front.

Le même cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits
On m'a vu ce que vous êtes ;
Vous serez ce que je suis.

Cependant j'ai quelques charmes
Qui sont assez éclatants
Pour n'avoir pas trop d'alarmes
De ces ravages du temps.

Vous en avez qu'on adore ;
Mais ceux que vous méprisez
Pourraient bien durer encore
Quand ceux-là seront usés.

Ils pourront sauver la gloire
Des yeux qui me semblent doux,
Et dans mille ans faire croire
Ce qu'il me plaira de vous.

Chez cette race nouvelle,
Où j'aurai quelque crédit,
Vous ne passerez pour belle
Qu'autant que je l'aurai dit.

Pensez-y, belle marquise.
Quoiqu'un grison fasse effroi,
Il vaut bien qu'on le courtise
Quand il est fait comme moi.
S'asseoir tous deux au bord d'un flot qui passe,
Le voir passer ;
Tous deux, s'il glisse un nuage en l'espace,
Le voir glisser ;
À l'horizon, s'il fume un toit de chaume,
Le voir fumer ;
Aux alentours, si quelque fleur embaume,
S'en embaumer ;
Si quelque fruit, où les abeilles goûtent,
Tente, y goûter ;
Si quelque oiseau, dans les bois qui l'écoutent,
Chante, écouter...
Entendre au pied du saule où l'eau murmure
L'eau murmurer ;
Ne pas sentir, tant que ce rêve dure,
Le temps durer ;
Mais n'apportant de passion profonde
Qu'à s'adorer ;
Sans nul souci des querelles du monde,
Les ignorer ;
Et seuls, heureux devant tout ce qui lasse,
Sans se lasser,
Sentir l'amour, devant tout ce qui passe,
Ne point passer !

— The End —