Submit your work, meet writers and drop the ads. Become a member

Members

Mystic Ink Plus
M/Nepal    An anonymous humanist. Nothing more, nothing less. [DOB for HP: 6th Feb 2018] Visual Poetry IG Link: https://www.instagram.com/mysticinkplus/ @mysticinkplus
WordsPlusGamers
Writing.

Poems

judy smith Sep 2016
When I was chief creative officer for Liz Claiborne Inc., I spent a good amount of time on the road hosting fashion shows highlighting our brands. Our team made a point of retaining models of various sizes, shapes and ages, because one of the missions of the shows was to educate audiences about how they could look their best. At a Q&A; after one event in Nashville in 2010, a woman stood up, took off her jacket and said, with touching candour: “Tim, look at me. I’m a box on top, a big, square box. How can I dress this shape and not look like a fullback?” It was a question I’d heard over and over during the tour: Women who were larger than a size 12 always wanted to know, How can I look good, and why do designers ignore me?

At New York Fashion Week, which began Thursday, the majority of American women are unlikely to receive much attention, either. Designers keep their collections tightly under wraps before sending them down the runway, but if past years are any indication of what’s to come, plus-size looks will be in short supply. Sure, at New York Fashion Week in 2015, Marc Jacobs and Sophie Theallet each featured a plus-size model and Ashley Graham debuted her plus-size lingerie line. But these moves were very much the exception, not the rule.

I love the American fashion industry, but it has a lot of problems and one of them is the baffling way it has turned its back on plus-size women. It’s a puzzling conundrum. The average American woman now wears between a size 16 and a size 18, according to new research from Washington State University. There are 100 million plus-size women in America, and, for the past three years, they have increased their spending on clothes faster than their straight-size counterparts. There is money to be made here ($20.4 billion (U.S.), up 17 per cent from 2013). But many designers — dripping with disdain, lacking imagination or simply too cowardly to take a risk — still refuse to make clothes for them.

In addition to the fact that most designers max out at size 12, the selection of plus-size items on offer at many retailers is paltry compared with what’s available for a size 2 woman. According to a Bloomberg analysis, only 8.5 per cent of dresses on Nordstrom.com in May were plus-size. At J.C. Penney’s website, it was 16 per cent; Nike.com had a mere five items — total.

I’ve spoken to many designers and merchandisers about this. The overwhelming response is, “I’m not interested in her.” Why? “I don’t want her wearing my clothes.” Why? “She won’t look the way that I want her to look.” They say the plus-size woman is complicated, different and difficult, that no two size 16s are alike. Some haven’t bothered to hide their contempt. “No one wants to see curvy women” on the runway, Karl Lagerfeld, head designer of Chanel, said in 2009. Plenty of mass retailers are no more enlightened: under the tenure of chief executive Mike Jeffries, Abercrombie & Fitch sold nothing larger than a size 10, with Jeffries explaining that “we go after the attractive, all-American kid.”

This a design failure and not a customer issue. There is no reason larger women can’t look just as fabulous as all other women. The key is the harmonious balance of silhouette, proportion and fit, regardless of size or shape. Designs need to be reconceived, not just sized up; it’s a matter of adjusting proportions. The textile changes, every seam changes. Done right, our clothing can create an optical illusion that helps us look taller and slimmer. Done wrong, and we look worse than if we were naked.

Have you shopped retail for size 14-plus clothing? Based on my experience shopping with plus-size women, it’s a horribly insulting and demoralizing experience. Half the items make the body look larger, with features like ruching, box pleats and shoulder pads. Pastels and large-scale prints and crazy pattern-mixing abound, all guaranteed to make you look infantile or like a float in a parade. Adding to this travesty is a major department-store chain that makes you walk under a marquee that reads “WOMAN.” What does that even imply? That a “woman” is anyone larger than a 12 and everyone else is a girl? It’s mind-boggling.

Project Runway, the design competition show on which I’m a mentor, has not been a leader on this issue. Every season we have the “real women” challenge (a title I hate), in which the designers create looks for non-models. The designers audibly groan, though I’m not sure why; in the real world, they won’t be dressing a seven-foot-tall glamazon.

This season, something different happened: Ashley Nell Tipton won the contest with the show’s first plus-size collection. But even this achievement managed to come off as condescending. I’ve never seen such hideous clothes in my life: bare midriffs; skirts over crinoline, which give the clothes, and the wearer, more volume; see-through skirts that reveal *******; pastels, which tend to make the wearer look juvenile; and large-scale floral embellishments that shout “prom.” Her victory reeked of tokenism. One judge told me that she was “voting for the symbol” and that these were clothes for a “certain population.” I said they should be clothes all women want to wear. I wouldn’t dream of letting any woman, whether she’s a size 6 or a 16, wear them. Simply making a nod toward inclusiveness is not enough.

This problem is difficult to change. The industry, from the runway to magazines to advertising, likes subscribing to the mythology it has created of glamour and thinness. Look at Vogue’s “Shape Issue,” which is ostensibly a celebration of different body types but does no more than nod to anyone above a size 12. For decades, designers have trotted models with bodies completely unattainable for most women down the runway. First it was women so thin that they surely had eating disorders. After an outcry, the industry responded by putting young teens on the runway, girls who had yet to exit puberty. More outrage.

But change is not impossible. There are aesthetically worthy retail successes in this market. When helping women who are size 14 and up, my go-to retailer is Lane Bryant. While the items aren’t fashion with a capital F, they are stylish (but please avoid the cropped pants — always a no-no for any woman). And designer Christian Siriano scored a design and public relations victory after producing a look for Leslie Jones to wear to the “Ghostbusters” red-carpet premiere. Jones, who is not a diminutive woman, had tweeted in despair that she couldn’t find anyone to dress her; Siriano stepped in with a lovely full-length red gown.

Several retailers that have stepped up their plus-size offerings have been rewarded. In one year, ModCloth doubled its plus-size lineup. To mark the anniversary, the company paid for a survey of 1,500 American women ages 18 to 44 and released its findings: Seventy-four per cent of plus-size women described shopping in stores as “frustrating”; 65 per cent said they were “excluded.” (Interestingly, 65 per cent of women of all sizes agreed that plus-size women were ignored by the fashion industry.) But the plus-size women surveyed also indicated that they wanted to shop more. More than 80 per cent said they’d spend more on clothing if they had more choices in their size and nearly 90 per cent said they would buy more if they had trendier options. According to the company, its plus-size shoppers place 20 per cent more orders than its straight-size customers.

Online start-up Eloquii, initially conceived and then killed by The Limited, was reborn in 2014. The trendy plus-size retailer, whose top seller is an over-the-knee boot with four-inch heels and extended calf sizes, grew its sales volume by more than 165 per cent in 2015.

Despite the huge financial potential of this market, many designers don’t want to address it. It’s not in their vocabulary. Today’s designers operate within paradigms that were established decades ago, including anachronistic sizing. (Consider the fashion show: It hasn’t changed in more than a century.) But this is now the shape of women in this nation, and designers need to wrap their minds around it. I profoundly believe that women of every size can look good. But they must be given choices. Separates — tops, bottoms — rather than single items like dresses or jumpsuits always work best for the purpose of fit. Larger women look great in clothes skimming the body, rather than hugging or cascading. There’s an art to doing this. Designers, make it work.Read more at:http://www.marieaustralia.com/cocktail-dresses | www.marieaustralia.com/black-formal-dresses
Mon rêve le plus cher et le plus caressé,

Le seul qui rit encore à mon cœur oppressé,

C'est de m'ensevelir au fond d'une chartreuse,

Dans une solitude inabordable, affreuse ;

****, bien ****, tout là-bas, dans quelque Sierra

Bien sauvage, où jamais voix d'homme ne vibra,

Dans la forêt de pins, parmi les âpres roches,

Où n'arrive pas même un bruit lointain de cloches ;

Dans quelque Thébaïde, aux lieux les moins hantés,

Comme en cherchaient les saints pour leurs austérités ;

Sous la grotte où grondait le lion de Jérôme,

Oui, c'est là que j'irais pour respirer ton baume

Et boire la rosée à ton calice ouvert,

Ô frêle et chaste fleur, qui crois dans le désert

Aux fentes du tombeau de l'Espérance morte !

De non cœur dépeuplé je fermerais la porte

Et j'y ferais la garde, afin qu'un souvenir

Du monde des vivants n'y pût pas revenir ;

J'effacerais mon nom de ma propre mémoire ;

Et de tous ces mots creux : Amour, Science et Gloire

Qu'aux jours de mon avril mon âme en fleur rêvait,

Pour y dormir ma nuit j'en ferais un chevet ;

Car je sais maintenant que vaut cette fumée

Qu'au-dessus du néant pousse une renommée.

J'ai regardé de près et la science et l'art :

J'ai vu que ce n'était que mensonge et hasard ;

J'ai mis sur un plateau de toile d'araignée

L'amour qu'en mon chemin j'ai reçue et donnée :

Puis sur l'autre plateau deux grains du vermillon

Impalpable, qui teint l'aile du papillon,

Et j'ai trouvé l'amour léger dans la balance.

Donc, reçois dans tes bras, ô douce somnolence,

Vierge aux pâles couleurs, blanche sœur de la mort,

Un pauvre naufragé des tempêtes du sort !

Exauce un malheureux qui te prie et t'implore,

Egraine sur son front le pavot inodore,

Abrite-le d'un pan de ton grand manteau noir,

Et du doigt clos ses yeux qui ne veulent plus voir.

Vous, esprits du désert, cependant qu'il sommeille,

Faites taire les vents et bouchez son oreille,

Pour qu'il n'entende pas le retentissement

Du siècle qui s'écroule, et ce bourdonnement

Qu'en s'en allant au but où son destin la mène

Sur le chemin du temps fait la famille humaine !


Je suis las de la vie et ne veux pas mourir ;

Mes pieds ne peuvent plus ni marcher ni courir ;

J'ai les talons usés de battre cette route

Qui ramène toujours de la science au doute.

Assez, je me suis dit, voilà la question.


Va, pauvre rêveur, cherche une solution

Claire et satisfaisante à ton sombre problème,

Tandis qu'Ophélia te dit tout haut : Je t'aime ;

Mon beau prince danois marche les bras croisés,

Le front dans la poitrine et les sourcils froncés,

D'un pas lent et pensif arpente le théâtre,

Plus pâle que ne sont ces figures d'albâtre,

Pleurant pour les vivants sur les tombeaux des morts ;

Épuise ta vigueur en stériles efforts,

Et tu n'arriveras, comme a fait Ophélie,

Qu'à l'abrutissement ou bien à la folie.

C'est à ce degré-là que je suis arrivé.

Je sens ployer sous moi mon génie énervé ;

Je ne vis plus ; je suis une lampe sans flamme,

Et mon corps est vraiment le cercueil de mon âme.


Ne plus penser, ne plus aimer, ne plus haïr,

Si dans un coin du cœur il éclot un désir,

Lui couper sans pitié ses ailes de colombe,

Être comme est un mort, étendu sous la tombe,

Dans l'immobilité savourer lentement,

Comme un philtre endormeur, l'anéantissement :

Voilà quel est mon vœu, tant j'ai de lassitude,

D'avoir voulu gravir cette côte âpre et rude,

Brocken mystérieux, où des sommets nouveaux

Surgissent tout à coup sur de nouveaux plateaux,

Et qui ne laisse voir de ses plus hautes cimes

Que l'esprit du vertige errant sur les abîmes.


C'est pourquoi je m'assieds au revers du fossé,

Désabusé de tout, plus voûté, plus cassé

Que ces vieux mendiants que jusques à la porte

Le chien de la maison en grommelant escorte.

C'est pourquoi, fatigué d'errer et de gémir,

Comme un petit enfant, je demande à dormir ;

Je veux dans le néant renouveler mon être,

M'isoler de moi-même et ne plus me connaître ;

Et comme en un linceul, sans y laisser un seul pli,

Rester enveloppé dans mon manteau d'oubli.


J'aimerais que ce fût dans une roche creuse,

Au penchant d'une côte escarpée et pierreuse,

Comme dans les tableaux de Salvator Rosa,

Où le pied d'un vivant jamais ne se posa ;

Sous un ciel vert, zébré de grands nuages fauves,

Dans des terrains galeux clairsemés d'arbres chauves,

Avec un horizon sans couronne d'azur,

Bornant de tous côtés le regard comme un mur,

Et dans les roseaux secs près d'une eau noire et plate

Quelque maigre héron debout sur une patte.

Sur la caverne, un pin, ainsi qu'un spectre en deuil

Qui tend ses bras voilés au-dessus d'un cercueil,

Tendrait ses bras en pleurs, et du haut de la voûte

Un maigre filet d'eau suintant goutte à goutte,

Marquerait par sa chute aux sons intermittents

Le battement égal que fait le cœur du temps.

Comme la Niobé qui pleurait sur la roche,

Jusqu'à ce que le lierre autour de moi s'accroche,

Je demeurerais là les genoux au menton,

Plus ployé que jamais, sous l'angle d'un fronton,

Ces Atlas accroupis gonflant leurs nerfs de marbre ;

Mes pieds prendraient racine et je deviendrais arbre ;

Les faons auprès de moi tondraient le gazon ras,

Et les oiseaux de nuit percheraient sur mes bras.


C'est là ce qu'il me faut plutôt qu'un monastère ;

Un couvent est un port qui tient trop à la terre ;

Ma nef tire trop d'eau pour y pouvoir entrer

Sans en toucher le fond et sans s'y déchirer.

Dût sombrer le navire avec toute sa charge,

J'aime mieux errer seul sur l'eau profonde et large.

Aux barques de pêcheur l'anse à l'abri du vent,

Aux simples naufragés de l'âme, le couvent.

À moi la solitude effroyable et profonde,

Par dedans, par dehors !


Par dedans, par dehors ! Un couvent, c'est un monde ;

On y pense, on y rêve, on y prie, on y croit :

La mort n'est que le seuil d'une autre vie ; on voit

Passer au long du cloître une forme angélique ;

La cloche vous murmure un chant mélancolique ;

La Vierge vous sourit, le bel enfant Jésus

Vous tend ses petits bras de sa niche ; au-dessus

De vos fronts inclinés, comme un essaim d'abeilles,

Volent les Chérubins en légions vermeilles.

Vous êtes tout espoir, tout joie et tout amour,

À l'escalier du ciel vous montez chaque jour ;

L'extase vous remplit d'ineffables délices,

Et vos cœurs parfumés sont comme des calices ;

Vous marchez entourés de célestes rayons

Et vos pieds après vous laissent d'ardents sillons !


Ah ! grands voluptueux, sybarites du cloître,

Qui passez votre vie à voir s'ouvrir et croître

Dans le jardin fleuri de la mysticité,

Les pétales d'argent du lis de pureté,

Vrais libertins du ciel, dévots Sardanapales,

Vous, vieux moines chenus, et vous, novices pâles,

Foyers couverts de cendre, encensoirs ignorés,

Quel don Juan a jamais sous ses lambris dorés

Senti des voluptés comparables aux vôtres !

Auprès de vos plaisirs, quels plaisirs sont les nôtres !

Quel amant a jamais, à l'âge où l'œil reluit,

Dans tout l'enivrement de la première nuit,

Poussé plus de soupirs profonds et pleins de flamme,

Et baisé les pieds nus de la plus belle femme

Avec la même ardeur que vous les pieds de bois

Du cadavre insensible allongé sur la croix !

Quelle bouche fleurie et d'ambroisie humide,

Vaudrait la bouche ouverte à son côté livide !

Notre vin est grossier ; pour vous, au lieu de vin,

Dans un calice d'or perle le sang divin ;

Nous usons notre lèvre au seuil des courtisanes,

Vous autres, vous aimez des saintes diaphanes,

Qui se parent pour vous des couleurs des vitraux

Et sur vos fronts tondus, au détour des arceaux,

Laissent flotter le bout de leurs robes de gaze :

Nous n'avons que l'ivresse et vous avez l'extase.

Nous, nos contentements dureront peu de jours,

Les vôtres, bien plus vifs, doivent durer toujours.

Calculateurs prudents, pour l'abandon d'une heure,

Sur une terre où nul plus d'un jour ne demeure,

Vous achetez le ciel avec l'éternité.

Malgré ta règle étroite et ton austérité,

Maigre et jaune Rancé, tes moines taciturnes

S'entrouvrent à l'amour comme des fleurs nocturnes,

Une tête de mort grimaçante pour nous

Sourit à leur chevet du rire le plus doux ;

Ils creusent chaque jour leur fosse au cimetière,

Ils jeûnent et n'ont pas d'autre lit qu'une bière,

Mais ils sentent vibrer sous leur suaire blanc,

Dans des transports divins, un cœur chaste et brûlant ;

Ils se baignent aux flots de l'océan de joie,

Et sous la volupté leur âme tremble et ploie,

Comme fait une fleur sous une goutte d'eau,

Ils sont dignes d'envie et leur sort est très-beau ;

Mais ils sont peu nombreux dans ce siècle incrédule

Creux qui font de leur âme une lampe qui brûle,

Et qui peuvent, baisant la blessure du Christ,

Croire que tout s'est fait comme il était écrit.

Il en est qui n'ont pas le don des saintes larmes,

Qui veillent sans lumière et combattent sans armes ;

Il est des malheureux qui ne peuvent prier

Et dont la voix s'éteint quand ils veulent crier ;

Tous ne se baignent pas dans la pure piscine

Et n'ont pas même part à la table divine :

Moi, je suis de ce nombre, et comme saint Thomas,

Si je n'ai dans la plaie un doigt, je ne crois pas.


Aussi je me choisis un antre pour retraite

Dans une région détournée et secrète

D'où l'on n'entende pas le rire des heureux

Ni le chant printanier des oiseaux amoureux,

L'antre d'un loup crevé de faim ou de vieillesse,

Car tout son m'importune et tout rayon me blesse,

Tout ce qui palpite, aime ou chante, me déplaît,

Et je hais l'homme autant et plus que ne le hait

Le buffle à qui l'on vient de percer la narine.

De tous les sentiments croulés dans la ruine,

Du temple de mon âme, il ne reste debout

Que deux piliers d'airain, la haine et le dégoût.

Pourtant je suis à peine au tiers de ma journée ;

Ma tête de cheveux n'est pas découronnée ;

À peine vingt épis sont tombés du faisceau :

Je puis derrière moi voir encore mon berceau.

Mais les soucis amers de leurs griffes arides

M'ont fouillé dans le front d'assez profondes rides

Pour en faire une fosse à chaque illusion.

Ainsi me voilà donc sans foi ni passion,

Désireux de la vie et ne pouvant pas vivre,

Et dès le premier mot sachant la fin du livre.

Car c'est ainsi que sont les jeunes d'aujourd'hui :

Leurs mères les ont faits dans un moment d'ennui.

Et qui les voit auprès des blancs sexagénaires

Plutôt que les enfants les estime les pères ;

Ils sont venus au monde avec des cheveux gris ;

Comme ces arbrisseaux frêles et rabougris

Qui, dès le mois de mai, sont pleins de feuilles mortes,

Ils s'effeuillent au vent, et vont devant leurs portes

Se chauffer au soleil à côté de l'aïeul,

Et du jeune et du vieux, à coup sûr, le plus seul,

Le moins accompagné sur la route du monde,

Hélas ! C'est le jeune homme à tête brune ou blonde

Et non pas le vieillard sur qui l'âge a neigé ;

Celui dont le navire est le plus allégé

D'espérance et d'amour, lest divin dont on jette

Quelque chose à la mer chaque jour de tempête,

Ce n'est pas le vieillard, dont le triste vaisseau

Va bientôt échouer à l'écueil du tombeau.

L'univers décrépit devient paralytique,

La nature se meurt, et le spectre critique

Cherche en vain sous le ciel quelque chose à nier.

Qu'attends-tu donc, clairon du jugement dernier ?

Dis-moi, qu'attends-tu donc, archange à bouche ronde

Qui dois sonner là-haut la fanfare du monde ?

Toi, sablier du temps, que Dieu tient dans sa main,

Quand donc laisseras-tu tomber ton dernier grain ?
Le brouillard est froid, la bruyère est grise ;
Les troupeaux de boeufs vont aux abreuvoirs ;
La lune, sortant des nuages noirs,
Semble une clarté qui vient par surprise.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

Le voyageur marche et la lande est brune ;
Une ombre est derrière, une ombre est devant ;
Blancheur au couchant, lueur au levant ;
Ici crépuscule, et là clair de lune.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

La sorcière assise allonge sa lippe ;
L'araignée accroche au toit son filet ;
Le lutin reluit dans le feu follet
Comme un pistil d'or dans une tulipe.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

On voit sur la mer des chasse-marées ;
Le naufrage guette un mât frissonnant ;
Le vent dit : demain ! l'eau dit : maintenant !
Les voix qu'on entend sont désespérées.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

Le coche qui va d'Avranche à Fougère
Fait claquer son fouet comme un vif éclair ;
Voici le moment où flottent dans l'air
Tous ces bruits confus que l'ombre exagère.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

Dans les bois profonds brillent des flambées ;
Un vieux cimetière est sur un sommet ;
Où Dieu trouve-t-il tout ce noir qu'il met
Dans les coeurs brisés et les nuits tombées ?

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

Des flaques d'argent tremblent sur les sables ;
L'orfraie est au bord des talus crayeux ;
Le pâtre, à travers le vent, suit des yeux
Le vol monstrueux et vague des diables.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

Un panache gris sort des cheminées ;
Le bûcheron passe avec son fardeau ;
On entend, parmi le bruit des cours d'eau,
Des frémissements de branches traînées.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.

La faim fait rêver les grands loups moroses ;
La rivière court, le nuage fuit ;
Derrière la vitre où la lampe luit,
Les petits enfants ont des têtes roses.

Je ne sais plus quand, je ne sais plus où,
Maître Yvon soufflait dans son biniou.