Submit your work, meet writers and drop the ads. Become a member
M Solav Jul 14
Ô toi qui hélas aura daigné t’ôter la vie,
Mettant un trait au dessein que tu dessines;
Grande n’est-elle pas parfois la jalousie
De qui partage la misère qu’on te devine.

Ô toi qui aura su mettre fin au jour
Pour enfin écourter la longue nuit
En soufflant d’un seul et court souffle
Sur le scintillement de tes bougies.

Jamais ne sauras-tu
Qu'il fût un monde
Et quel monde!
Qui t'eût compris.

Comme il en prend du courage,
Et il en prend du mal de vivre
Pour faire la traversée de l’enfer
À l’origine de toute la vie.
Écrit en mai 2018 - pour un vieil ami disparu.

— The End —